KAROUTCHI : "Redonner à la région Ile-de-France son attractivité"

Publié le par Grand Paris

PRESSE

Christian Blanc, secrétaire d'Etat chargé du développement de la région-capitale, dévoile aujourd'hui sa lettre de mission sur le "Grand Paris". Quelle forme, selon vous, devrait prendre cette évolution de la Région-capitale ?

Avant de se mettre d'accord sur un système de gouvernance, il est nécessaire de savoir pour quoi faire. Nous avons fait un constat : le système fonctionne mal, quelles que soient les structures du millefeuille institutionnel de la région. Le dynamisme francilien est faible par rapport aux grandes capitales européennes. Il faut définir des grands projets capables de redonner à la région son attractivité. C'est la tâche ardue mais passionnante qui incombe à Christian Blanc. Pour ma part, je pense que les transports publics sont un élément-clé du développement et de l'aménagement du territoire. Je suis favorable à la construction du Métrophérique, une ligne de métro qui fera le tour de Paris à 7-8 kilomètres de la capitale, qui desservira Val-de-Marne, Hauts-de-Seine et Seine-Saint-Denis. Je suis également pour une seconde rocade à 26-27 kilomètres, par voie ferrée, liant toutes les tangentielles. Ce sont deux éléments structurants qui vont concourir à l'aménagement du territoire, avec prolongation des lignes de métro jusqu'au Métrophérique et un gros effort pour les lignes grandes banlieues rattachées à la rocade ferrée. Toujours dans le domaine des transports, le projet "Charles-de- Gaulle Express" pourrait être prolongé et relier Roissy, la gare de l'Est, Haussmann et La Défense.

On me dit que La Défense capte l'essentiel de l'emploi et provoque un déséquilibre dans la région. Créons alors un pôle d'affaires à l'est et essayons d'attirer les entreprises en Val-de-Marne et Seine-et-Marne. Nous pourrions également créer un grand campus universitaire dont la région est démunie. Nous pouvons aussi envisager des grands gestes urbanistiques. Nous le voyons faire à Londres ou à Shanghai. Il est possible de construire des tours qui servent de figure de proue à une dynamique architecturale. Une tour n'est pas forcément synonyme de verrue urbanistique. Je suis favorable à la création d'une ou deux nouvelles villes "Ecopolis". Nous avons en Ile-de-France de considérables problèmes de logement. On construit trop peu… Prenons l'initiative de construire des villes performantes, écologiques, à proximité des lignes de transports publics, qui permettent d'attirer des populations. Enfin, il faut un pôle technologique et scientifique de rang mondial autour du plateau de Saclay et assurer le développement de la Plaine de France au nord-est de Paris qui pourrait devenir un pôle sportif et culturel.

Avec quelle gouvernance ?

Une fois que les choix des grands projets qui changeront la face de la capitale seront faits se posera la question de la gouvernance. Nous devrons adopter une loi-cadre pour la Région-capitale qui changera la donne législative et normative. La nouvelle structure devra associer l'Etat, la région et les collectivités concernées. Je ne crois pas utile de créer une nouvelle strate administrative de gestion mais plutôt une structure de mission dédiée aux seuls grands projets. Il faut trouver dans ces opérations d'intérêt national des dérogations pour aller plus vite. Les Franciliens ne peuvent pas attendre vingt ans de plus pour avoir leur station Métrophérique.

Quid du financement ?

Là encore, c'est l'une des tâches de Christian Blanc d'imaginer de nouveaux équilibres. On peut envisager de mettre en place des partenariats public/privé (PPP). On peut trouver des financements innovants prenant en compte la valorisation du foncier grâce au développement des transports publics. Il faut évidemment envisager une participation directe de l'Etat. Enfin, je ne crois pas à une taxe professionnelle unique pour toute la région. Des primaires auront lieu pour désigner les têtes de listes UMP aux prochaines régionales.

Etes-vous candidat à la candidature ?

Le président de la République est partisan de primaires afin que les adhérents s'expriment par un vote, probablement début 2009, j'y suis pleinement favorable. Je suis un habitué des primaires et le contact avec les militants est une activité constante pour moi depuis des années. De 2004 à 2008, j'ai effectué plus de 700 réunions en Ile-de-France, à la rencontre de nos adhérents et de nos élus.

Doit-on changer le mode de scrutin avant les élections régionales ?

Sans doute. Aujourd'hui nous avons un mode de scrutin proportionnel à deux tours avec une prime à la liste majoritaire répartie sur tous les départements. C'est illisible pour les citoyens. En 2004, la droite a perdu au niveau de l'Ile-de-France mais elle est arrivée en tête dans trois départements : les Hauts-de-Seine, les Yvelines et le Val-d'Oise. Il ne s'agit pas de trafiquer pour que la droite gagne. Ceux qui auront le plus de voix seront élus. Je veux un scrutin plus lisible.

Propos recueillis par Eric Nunès

Publié dans Actualité Grand Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article