Un gratte-ciel pyramidal dans le 15e

Publié le par Grand Paris


PRESSE
Par Bertrand GRECO
leJDD.fr

08/07/2008

Une tour en plein coeur du Parc des Exposition de la Porte de Versailles? L'idée semble enthousiasmer aussi bien la mairie de Paris que celle du 15e arrondissement. Elle émane d'Unibail, société de gestion d'immobilier, propriétaire du site. Le projet? Un gratte-ciel pyramidal de 200 mètres de haut, qui abriterait un hôtel 4 étoiles, un palais des congrès, des centres d'affaires...
Le conseil de Paris s'apprête à voter mardi la possibilité de construire des immeubles de grande hauteur sur six sites, le long du périphérique*. L'un d'eux s'est invité de lui-même, à la dernière minute: celui de la Porte de Versailles (15e), où se situe le Parc des Expositions, propriété d'Unibail-Rodamco, initiatrice du projet.

Le Parc des expositions, créé en 1923, est le plus important de France, le 4e en Europe, fort de ses 35 hectares, ses huit halls de 228.000 m² et de ses 7 millions de visiteurs annuels. Il accueille plus de 160 salons par an, dont des manifestations aussi prisées que le Salon de l'agriculture, le Mondial de l'automobile, le Salon du livre, la Foire de Paris, le Salon nautique, etc. "Depuis trois ou quatre ans, face à la concurrence des différents parc européens, nous réfléchissons au renforcement de notre attractivité. Car nous souffrons de notre mono-activité", explique Dimitri Boulte, directeur des grands projets urbain chez Unibail.

Une tour de 200 mètres, pas plus

C'est ainsi, "dans le cadre de la réflexion parisienne sur les hauteurs", qu'est née l'idée bien gardée d'une tour à la Porte de Versailles. Ce bâtiment abriterait un hôtel quatre étoiles de grande capacité (300 à 400 chambres), un palais des congrès, des centres d'affaires... "Il contribuera à maintenir Paris comme première destination du tourisme d'affaires au monde." Le projet n'en est qu'au stade de la "réflexion". Une équipe d'architectes devrait se charger des études d'ici peu. "Nous attendons le feu vert de la ville." Les promoteurs ont déjà une idée bien précise de sa situation: sur avenue Ernest Renan, qui sépare le petit parc du grand parc et relie Paris à Issy-les-Moulineaux (92).

Sa forme? Elle serait pyramidale, afin de limiter au maximum les "ombres portées" et les nuisances pour les habitations alentours, à l'instar de la London Tower Bridge de Renzo Piano. Sa hauteur? Dimitri Boulte reste prudent, mais imagine un immeuble de 200 mètres, "pas plus". Unibail a de l'expérience en la matière, elle développe en ce moment deux importants projets à la Défense: les tours Phare (Thom Mayne) et Majunga (Jean-Paul Viguier).

Chez les politiques, l'idée fait l'unanimité. Anne Hidalgo, première adjointe PS chargée de l'urbanisme et élue du 15e, a accepté bien volontiers d'ajouter la Porte de Versailles aux cinq sites jusqu'ici retenus pour expérimenter la grande hauteur. Même accueil favorable de la part des deux députés de l'arrondissement: Jean François Lamour, président du groupe UMP, et Philippe Goujon, maire UMP. De l'autre côté du périphérique, le maire André Santini (NC) partage l'enthousiasme général. Reste à connaître la réaction des riverains.

*Les six sites sont: Clichy-Batignolles (17e), Porte de la Chapelle (18e), Porte de Montreuil (20e, dédié au numérique), Bercy-Charenton (12e), Masséna-Bruneseau (ZAC Paris Rive Gauche, 13e) et Porte de Versailles (15e).

PRESSE
20 minutes
éditions du 08/07/2008

Le Conseil de Paris donne son aval à la construction de tours


Les rêves de grandeur de Delanoë deviendront-ils réalité? Le Conseil de Paris a entériné ce mardi matin une délibération qui vise à lancer des études pour la construction de tours dans la capitale.

La droite divisée

Le maire (PS) de Paris souhaite des immeubles de 50m qui lui permettraient d'atteindre l'objectif de création de 6.000 logements sociaux par an pendant sa mandature. Il désire aussi des immeubles plus hauts mêlant activités économiques, bureaux, hôtels et habitations (voir carte) sur d'autres sites.

Un projet revendiqué par Delanoë depuis des années mais retoqué lors de la précédente mandature car les Verts avaient fait barrage. Aujour-d'hui affaiblis, ceux-ci n'ont plus le pouvoir de s'y opposer, et se contenteront de petites phrases bien senties. «Les gratte-ciel sont à l'architecture ce que les 4 x 4 sont à l'automobile: de jolis jouets tape-à-l'oeil, symboles de domination et de puissance», aime à affirmer Denis Baupin, l'actuel adjoint chargé du Développement durable.

L'opposition quant à elle est divisée sur le dossier. Les «jeunes» UMP comptaient s'abstenir, même s'ils sont pour les gratte-ciel, afin de ne pas montrer une divergence trop marquée avec la droite plus traditionnelle, qui est contre. «On sent comme une gêne par rapport à la position qu'ils avaient adoptée lors de la mandature précédente», a déclaré Delanoë à leur intention lundi. Car depuis, Nicolas Sarkozy a lancé ses propres concours d'architectes pour imaginer des tours aux portes de Paris.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article