M. Ferri : "On monte Paris contre la région"

Publié le par Grand Paris

PRESSE

Le Journal du Dimanche
  26/10/08
Propos recueillis par Bertrand GRECO

Dans l'ombre de Jean-Paul Huchon, Mireille Ferri (Verte) a piloté le Schéma directeur (Sdrif) que le gouvernement refuse de valider. C'est elle aussi qui représente la région à la Conférence métropolitaine initiée par Bertrand Delanoë. La vice-présidente du conseil régional, chargée de l'aménagement du territoire, voulait "pousser un coup de gueule" dans les colonnes du JDD.

Grand Paris, Paris Métropole, Sdrif... différents projets se dessinent pour l'avenir de l'Ile-de-France. Comment concevez-vous cette entité en construction?
Je vous arrête tout de suite: la question de fabriquer une nouvelle "entité" administrative ne se pose pas et, j'espère, ne se posera jamais. Certes, on ne sait pas ce que l'Etat manigance de son côté, mais les élus locaux n'ont pas l'intention de recréer un entre soi sous la forme d'une nouvelle collectivité. On serait soit dedans soit dehors? Non, personne ne veut de nouvelles frontières. "Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts" disait Isaac Newton. Je plaide plutôt pour des coopérations à différentes échelles. Prenez l'exemple des transports: il y a des logiques différentes à l'échelle du quartier, de la ville ou de la région. Toutes sont légitimes. La vraie gouvernance, c'est l'articulation des échelles. Le syndicat mixte d'étude, qu'on est en train de mettre en place au sein de la Conférence métropolitaine, est un bon premier pas pour créer de la coopération entre collectivités.

Vous êtes en colère...
J'ai le sentiment que Christian Blanc [secrétaire d'Etat chargé du développement de la région capitale] veut instrumentaliser la Conférence métropolitaine et s'en servir pour imposer un contre-projet d'aménagement, le sien, un anti-Sdrif, qui anéantirait quatre années de travail collectif. Il est hors de question que cette structure intelligente, créée pour porter les projets des collectivités locales, soit ainsi détournée. Cela dépasserait les limites de l'acceptable. Je pense aussi que c'est une façon pour l'Etat de monter artificiellement la ville de Paris contre la région. Les rares fois où Monsieur Blanc a daigné s'exprimer il a dénigré les projets régionaux. La seule chose qui a trouvé grâce à ses yeux est la Conférence métropolitaine.

Pensez-vous que Bertrand Delanoë puisse être "instrumentalisé" par Christian Blanc?
Le maire de Paris n'a aucune raison d'être en conflit avec l'Etat sur cette question, pour l'instant. Christian Blanc a décidé de s'en prendre au Sdrif, pas à la Conférence métropolitaine*. Je ne vais pas demander à Paris d'arbitrer un conflit entre l'Etat et la région. Mais soyons vigilants! Nos divergences avec la ville de Paris ont été montées en épingle. Il est vrai qu'on n'a pas toujours été d'accord, sur l'idée même de créer une "nouvelle collectivité", sur les limites géographiques qu'on a souhaitées évolutives, sur l'intégration des villes nouvelles dans le dispositif... Mais tout cela est derrière nous. On a trouvé un point d'équilibre. Il faut maintenant que ce syndicat produise de la réflexion commune.

"Il n'y a pas lieu d'être inquiet. Sauf s'il y a un tour de passe-passe au dernier moment"

Que craigniez-vous concrètement?
Depuis avril 2008 et l'arrivée de Christian Blanc au gouvernement, tout dialogue entre l'Etat et la région a été rompu. Les représentants de l'Etat _préfet, directeur de l'équipement..._ ont reçu ordre de ne plus assister aux réunions. Quand un tel niveau de non respect des règles républicaines est atteint, on peut s'attendre au pire. Je redoute un découpage brutal de l'Ile-de-France avant les prochaines élections régionales, pour fabriquer une région expérimentale. M. Blanc ne concerte pas, même avec ses collègues du gouvernement: Valérie Pécresse et Nathalie Koskiusko-Morizet, pourtant élues du plateau du plateau de Saclay (son grand projet), semblent tout ignorer de ses intentions. Qui peut encore croire aux visions émanant d'un homme seul? A moins qu'on soit en présence d'un génie...

Que pensez-vous des dix équipes d'architectes qui réfléchissent au Grand Paris sous l'égide du gouvernement?
J'observe que leurs réflexions semblent très proches des nôtres, en phase avec le Schéma directeur. Il n'y a pas lieu d'être inquiet. Sauf s'il y a un tour de passe-passe au dernier moment.

Quelles seront les premières actions du syndicat mixte ouvert?
On réunit cette semaine le dernier bureau de préparation. Et le 5 novembre, les statuts seront tranchés. J'en appelle aux élus, quelle que soit leur couleur politique: venez nombreux pour faire entendre votre voix. Ce sera un lieu de coopération sur des projets, basé sur la libre adhésion. On ne peut pas faire plus souple. Par ailleurs, je souhaite qu'on n'attende pas pour débattre de la vraie question qu'on a tous en tête: la solidarité financière, dans le contexte mondial difficile que nous connaissons. La taxe professionnelle doit-elle être unique? Comment répartir les droits de mutations? Comment créer de nouvelles ressources? Le chantier est vaste. Il faut s'en emparer.

*: La conférence métropolitaine, initiée par Bertrand Delanoë, est un regroupement - jusqu'ici informel - de communes autour de la capitale, destiné à organiser l'agglomération parisienne.

Publié dans Région Ile de France

Commenter cet article

christian breton 27/10/2008 19:58

le but justement en réalisant un paris élargi est d'effacer les frontières;je pense qu il faut faire simple et faire de paris une ville un peu plus ouverte comme Londres qui fait 3 fois la superficie de paris et est bien plus dynamique.Les élus de tout bord sont frileux sur ce projet face à un paris étriqué il est temps d'arreter ces polémiques syériles....