L'espace francilien ne se fera pas en un jour

Publié le par Grand Paris

PRESSE

LES ECHOS

[ 29/04/09  ]

Très impliqué dans les années 1960, l'Etat a impulsé les grands chantiers qui structurent aujourd'hui l'espace francilien. Mais il investit moins ces dernières années et certaines opérations ne sont toujours pas achevées.

2030. C'est l'horizon qu'a fixé Nicolas Sarkozy dans sa lettre de mission à Christian Blanc, après l'avoir nommé secrétaire d'Etat au développement du Grand Paris pour « définir une vision de la région capitale ». Dès juin 2007, dans son discours prononcé à Roissy, le président de la République avait clairement fait référence à l'ambition du général de Gaulle et aux travaux de Paul Delouvrier, délégué général au district de la région de Paris de 1961 à 1969, « qui ont structuré de manière très profonde cette région ». Mais nous vivons encore aujourd'hui sous l'empreinte de ces grands chantiers, avait aussitôt déploré le chef de l'Etat, soucieux d'engager une nouvelle étape.

De fait, depuis l'après-guerre, toutes les grandes opérations d'aménagement de la région capitale ont été impulsées par l'Etat. C'est le cas de l'ouest de Paris, avec la Défense, devenu le premier quartier d'affaires européen et dont le CNIT, bâtiment symbole, a été inauguré en 1958. La même année, le chantier du périphérique parisien était lancé. La grande boucle ouvrira quinze ans plus tard.

Le schéma directeur de 1965

En 1965, Paul Delouvrier dessine le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région parisienne (Sdaurp). Toutes les infrastructures majeures qui maillent aujourd'hui l'Ile-de-France proviennent de ce document. Ce sont les villes nouvelles de Cergy-Pontoise, Evry, Saint-Quentin-en-Yvelines, ainsi que celles de Sénart et Marne-la-Vallée, toujours en cours d'aménagement. Ce sont aussi les chantiers du Réseau de transport express, RER, et de l'A86, le périphérique de la première couronne parisienne. Des projets d'une envergure telle qu'ils ne sont pas encore achevés. C'est le cas de la tangentielle nord, qui doit désenclaver les communes de la Seine-Saint-Denis et du Val-d'Oise, dont les travaux démarrent à peine. Si tout va bien, la ligne sera inaugurée plus de cinquante ans après les premières esquisses.

I. F., Les Echos
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article