Refaire de Paris «une capitale de la création et des arts»

Publié le par Grand Paris

PRESSE

LE FIGARO
Claire Bommelaer
30/04/2009 | 

Le président de la République a mis les architectes à l'honneur de son projet pour le Grand Paris.

Pa de Grand Paris sans culture, sans arts et sans architecture. Évitant d'opposer «l'art à la technique, les architectes aux ingénieurs», le chef de l'État n'a pas hésité à parler du «beau». «On peut construire haut, on peut construire bas, on peut construire petit ou construire grand, pourvu que ce soit beau», a-t-il déclaré, ajoutant que «la seule chose condamnable, c'est la laideur».

Après avoir demandé à dix équipes internationales d'architectes et d'urbanistes de faire des propositions sur ce que pourrait être la grande métropole de l'après-Kyoto, Nicolas Sarkozy a indiqué qu'une suite serait donnée à leurs travaux. Dans un «atelier international», les dix seront associées aux futurs projets d'aménagement, sous l'égide des collectivités et de l'État.

 

Empreinte culturelle

Faire travailler de concert des vedettes internationales comme Christian de Portzamparc, Richard Rogers ou Jean Nouvel ne devrait pas être simple. Mais il est prévu que l'atelier fonctionne comme une sorte de «task force» et vive pendant dix ans. Il faut «reconnaître la responsabilité sociale» des architectes, leur donner une compétence transversale sur les aménagements urbains, quitte à réformer les règles de l'urbanisme, a ajouté Sarkozy. «Pourquoi s'interdire de bâtir des tours si elles sont belles, si elles s'inscrivent harmonieusement dans le paysage urbain», s'est-il exclamé.

Dans la lignée de François Mitterrand, un président soucieux de laisser une empreinte culturelle, le chef de l'État a souhaité «refaire de Paris une capitale de la création et des arts». Bon nombre de grands projets culturels devraient voir le jour d'ici cinq à dix ans.

Le réaménagement de l'île Séguin, à Boulogne-Billancourt, la construction de la philharmonique à la Villette, le projet d'une Cité du cinéma par Luc Besson à Saint-Denis ou encore la réhabilitation du Palais de Tokyo à Paris (expositions d'art contemporain) en sont quelques exemples. Tous ne sont pas, loin de là, financés sur les deniers de l'État. Mais ils permettront de faire de «la vallée de la Seine une grande vallée de la culture».

Publié dans Actualité Grand Paris

Commenter cet article