Le préfet donne son feu vert à Paris Métropole, le syndicat mixte d'études voulu par Bertrand Delanoë

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE
LE MONDE | 04.05.09

Le préfet de la région Ile-de-France, Daniel Canepa, a signé, jeudi 30 avril, l'arrêté de création de Paris Métropole, un syndicat mixte d'études initié, en juin 2008, par le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, un petit groupe de maires de banlieue et la région.

Pour M. Delanoë, cette structure pourrait se voir déléguer, à terme, des compétences en matière d'urbanisme, de logement, de transports et permettre une solidarité fiscale plus forte entre les collectivités de l'agglomération francilienne.

Nicolas Sarkozy a reconnu, mercredi 29 avril, en présentant ses projets pour le Grand Paris, l'intérêt de Paris Métropole, indiquant qu'il pourrait être le point de départ d'une future "agora" des élus d'Ile-de-France. Le syndicat a déjà reçu la demande d'adhésion de 95 collectivités, sur les 174 incluses dans son périmètre. Les Hauts-de-Seine devraient adhérer à l'automne. Le président de Paris Métropole sera élu, en juin, pour un mandat d'un an. La Mairie de Paris souhaite que ce soit un élu de gauche, mais M. Delanoë a indiqué qu'il n'était pas candidat.

Béatrice Jérôme

AFP
04/05/2009

Création du syndicat Paris Métropole


  

 

Le préfet de Paris a pris jeudi l'arrêté de création de Paris Métropole, un syndicat mixte d'étude qui réunit pour le moment 87 collectivités territoriales de la région capitale, a annoncé lundi dans un communiqué la ville de Paris.

"Le préfet de Paris a pris le 30 avril 2009 l'arrêté de création de Paris Métropole, syndicat mixte d'étude qui réunit d'ores et déjà 87 collectivités de la métropole", indique le communiqué, qui ajoute que la séance d'installation de Paris Métropole se déroulera en juin à Clichy-sous-Bois.

La première séance du comité syndical portera sur l'élection du bureau de Paris Métropole, de son président et de ses vice-présidents, ainsi que sur son calendrier de travail.

Des groupes de travail ont été mis en place sur quatre thèmes: logement, déplacements, projets métropolitain, développement et solidarité des territoires, précise le communiqué.

Paris-Métropole est constituée de 61 communes, de droite comme Neuilly-sur-Seine ou de gauche comme Paris, six départements, une région (l'Ile-de-France) et 19 communautés d'agglomération.

Ses statuts prévoient que son président change tous les ans, en fonction de la diversité de ses membres et qu'au sein du bureau soit désigné un nombre équilibré de vices-présidents. Les décisions seront prises à la majorité des deux tiers. Le vote s'effectuera par collèges pour les décisions importantes.

Ces statuts avaient été adoptés en février. Depuis, les adhérents attendaient la signature du préfet, qui est intervenue le 30 avril, au lendemain des annonces du président Nicolas Sarkozy sur le Grand Paris.

Issu de la conférence métropolitaine lancée en juillet 2006 par le maire PS de Paris Bertrand Delanoë, Paris Métropole doit devenir une structure pour entreprendre et gérer "les politiques à l'échelle métropolitaine".

Il était apparu comme un concurrent au projet de Grand Paris du secrétaire d'Etat chargé du développement de la région-capitale Christian Blanc ou à la proposition du comité Balladur, qui avait envisagé de fusionner la capitale avec ses départements limitrophes.

Dans son discours sur le Grand Paris la semaine dernière, Nicolas Sarkozy avait annoncé des "états généraux du Grand Paris" au début 2010.

"Le Grand Paris, c'est un projet qui n'appartient pas à un parti, qui n'appartient pas à un camp mais qui concerne tout le monde et qui appartient à tout le monde. Tout le monde, c'est tous les élus, c'est tous les maires que je souhaite voir réunis dans une Agora du Grand Paris, en partant de ce que vous avez imaginé, monsieur le maire de Paris, avec Paris-Métropole", avait-il lancé à Bertrand Delanoë.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article