Les défis du nouveau président des artisans taxis

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE

Les défis du nouveau président des artisans taxis

E.L.C avec Relaxnews
27/05/2009 | Mise à jour : 20:47
| Commentaires 27 | Ajouter à ma sélection

Selon une enquête du site Hotels.com, les taxis parisiens offrent des prestations médiocres, loin des standards internationaux. Un challenge à relever pour le nouveau président de la Fnat, Jean-Claude Richard.

Le nouveau patron de la Fédération nationale des artisans du taxi (Fnat) Jean-Claude Richard, qui succède au bouillonnant Alain Estival, a du pain sur la planche. De nombreux défis s'ouvrent à lui. L'un d'entre eux porte sur la perception des taxis par les utilisateurs. En effet, le jour de son élection - il a obtenu 61% des suffrages de ses pairs -, sort une enquête d'opinion des taxis européens peu favorable aux taxis parisiens. Selon le site Hotels.com, qui a réalisé ce sondage (1), les meilleurs taxis au monde circulent à Londres. Pour la deuxième année consécutive, les «black cab» conservent la première marche du podium. De son côté, Paris peut mieux faire. Les taxis de la capitale française obtiennent des notes médiocres pour tous les critères d'évaluation excepté la propreté. Sur ce critère ils arrivent 7ème ex aequo avec Dublin, Dubaï et Tokyo.

33% des voyageurs européens interrogés par le moteur de recherches hôtelières qui plébiscitent les taxis de la capitale britannique mettent en avant l'amabilité des chauffeurs (16%), la qualité de la conduite et la connaissance de la région (33%). En revanche ils critiquent le coût des courses (21%). A noter que sur ce dernier critère, Paris se positionne à la 3ème place (8%) derrière Copenhague (9%).

Paris, a contrario, apparaît dans le top 10 des taxis sur la plupart des critères d'évaluation. Les voyageurs se plaignent principalement de l'amabilité des chauffeurs (16%) et de la disponibilité des véhicules (10%). Ce n'est pas nouveau, une meilleure gestion du trafic avec par exemple un couloir dédié sur une partie de l'autoroute A1, tente de remédier à la fluidité des taxis en heures de pointe. Toute comme la planification de 4000 taxis supplémentaires parisiens.

Car selon l'enquête, la capitale française devrait se méfier. En effet, selon Alison Couper, Directrice de la Communication pour Hotels.com, «les voyageurs basent souvent leur opinion d'une ville sur la première impression qu'ils en ont eue. Dans de nombreux cas, ce premier contact se fait dans le taxi qui les mène à l'hôtel, lorsqu'ils sortent de l'aéroport ou de la gare».

69% des personnes interrogées ont affirmé privilégier le taxi pour se rendre de l'aéroport à l'hôtel, loin devant la location de voiture (17%), le train (16%) ou encore le bus (14%).

Après Londres, New York se place deuxième, puis Berlin, Madrid et Copenhague ferment le top 5 des villes qui d'après les sondés ont les meilleurs taxis. Même si Paris a entrepris de nombreuses initiatives, notamment aux aéroports, les marges de progrès sont encore grandes pour entrer dans le club des cinq.

(1) Sondage a été réalisé auprès de 1 400 voyageurs de Grande-Bretagne, Irlande, France, Espagne, Allemagne, Norvège, Suède et du Danemark en mai 2009.

Publié dans Transports

Commenter cet article