"Supplément loyer solidarité": Mano (PS) demande la modification du décret

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE
AFP  >PARIS, 23 juin 2009 - 13h37

Jean-Yves Mano, adjoint PS au logement à la mairie de Paris, a demandé la modification du décret ayant réformé le supplément de loyer solidarité (SLS) dans le parc social, dont le mode de calcul est particulièrement pénalisant pour les classes moyennes à Paris.

M. Mano a expliqué devant la presse mardi que le gouvernement a "imposé par décret aux bailleurs sociaux un nouveau barème de SLS", applicable depuis le 1er janvier 2009 aux locataires dont les ressources dépassent d'au moins 20% les plafonds d'accès au logement social. Il a qualifié de "brutal" l'effet de cette réforme qui s'applique réellement "à 4.500 ménages parisiens" sur les 120.000 potentiellement concernés résidant dans un logement social géré par les cinq bailleurs sociaux de la Ville (Paris Habitat, OPH, RIVP, SEMIDEP, SGIM, SIEMP). "Elle n'a entraîné le départ que de 200 familles", a-t-il dit, et, selon lui, "attendre du nouveau barème du SLS de nombreuses libérations de logements est une chimère". M. Mano a aussi dénoncé "la double peine" avec la baisse annoncée pour le 1er janvier 2010 de 10% du niveau des plafonds de ressources permettant l'éligibilité au logement social. Ceci, selon lui, peut concerner 7.500 familles à Paris et accroîtra de 30% à 100% le montant du SLS. "Le surloyer est un concept acceptable dans son principe à condition que l'effet surloyer n'entraîne pas l'évacuation des couches moyennes parisiennes", a estimé l'adjoint au logement. A titre d'exemple, selon la mairie, un ménage de deux personnes locataires de la RIVP résidant dans un F3 de 77 m2, chacun gagnant 2.300 € nets par mois, a vu son SLS mensuel passer de 127 € en 2008 à 398 € en 2009. En 2010, avec la baisse des plafonds de ressources, ce SLS passera à 625 EUR/mois, soit une augmentation de 390% en deux ans. M. Mano a parallèlement fustigé l'amendement du député parisien UMP Jean-François Lamour qui plafonne, pour les plus aisés (dépassant de plus de 100% les plafonds de ressources du logement social) le montant cumulé du loyer et du surloyer à 20 euros/m2. "On ne réglera pas le problème du logement en faisant partir les personnes qui dépassent légèrement les plafonds de ressources", a ajouté M. Mano.

Publié dans Logement - Immobilier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lucchini Jean Baptiste 11/09/2009 10:30

J'étais en attente d'une réponse suite à votre demande du 23 juin 2009. Nous avons lu avec consternation l'intervention de mr apparu du 4 aout. quelle sera le résultat de l'applicaiton  des textes boutin à partir  de janvier 2010. Que comptez vous faire pour vous opposer à ce racket ? les organismes ne peuvent ils massivement refuser l'application de la loi. Jean Baptiste Lucchini

mazouzi 26/07/2009 00:36

SLS : la pratique de la mise en place de cette loi est déplorable non seulement on vous informe à posteriori du montant de votre surloyer mais en plus en vous obliges à faire vos trois mois de préavis du RAQUET  travailler plus pour payer plus. Je ne comprend pas qu'on informe pas trois mois avant du montant du surloyer et bien entendu là il y a un vide juridique dans la loi de Madame BOUDIN c'estscandaleu on nous prend pour des vache à lait je crois qu'il faut tout simplement pas quitter les logement sociaux mais quitter la france et la laisser pour qu'elle ne gère que du social

PAIN Patricia 06/07/2009 17:09

Nous sommes une famille de 4 et devons déménager alors que cela fait 20 ans que nous vivons dans un logement social de la porte de st ouen. Nous faisons beaucoup de social tous les jours avec les voisins. Mais nous ne pouvons pas payer une telle augmentation de loyer avec deux enfants à charge. Nous allons être obligés de partir loin de Paris alors que mon mari a une petite société dans Paris qui fait vivre 10 employés !!  Il travaille tous les jours de 8h30 à 22h et ne va pas pouvoir faire des kilomètres le soir pour rentrer chez lui. Les enfants vont devoir quitter leur école ou bien faire des heures de transport.  Beau calcul et belle logique de la part de notre ancien Ministre du logement. Nous sommes effectivement des personnes à revenu moyen.Nous ne sommes pas des gens passifs. Quel décret ! Merci de l'avoir fait, ça ne fait qu'enfoncer des gens comme nous qui sommes déjà sollicités financièrement !

MML 24/06/2009 08:44

M. Mano, j'apprécie votre position d'élu par rapport à ce racket Sarkozien, mais je me dis qu'au delà rien ne se passe, 2010, çà n'est pas si loin, le décret Boutin est passé, la baisse des plafonds s'est faite tranquillement et personne ne réagit vraiement, les retraités, ceux dont les revenus moyens ne bougent plus, comment peuvent-ils se défendre ?