Grand Paris : le projet de loi sera déposé à l’automne a assuré Nicolas Sarkozy

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE - LE MONITEUR

Nathalie Moutarde | 30/06/2009 | 18:07 | Aménagement


Le 30 juin, lors d'une table-ronde consacrée à l'avenir du site de la Défense, le chef de l'Etat a confirmé le dépôt, à l'automne, d'un projet de loi destiné à piloter le projet de Grand Paris.


"L'ampleur des enjeux doit nous amener à créer un certain nombre de procédures nouvelles", a précisé Nicolas Sarkozy, qui avait déjà évoqué ce projet de loi, le 29 avril, à la Cité de l'architecture et du patrimoine, lors de l'inauguration de l'exposition consacrée à la consultation sur le "grand Pari(s) de l'agglomération parisienne".
Aujourd'hui, le projet de Grand Paris concerne principalement les transports. Estimé à 35 milliards d'euros, le plan transport reprend le projet de métro automatique rapide, encore appelé la "double boucle", élaboré par Christian Blanc, secrétaire d'Etat au développement de la région capitale (21 milliards d'euros) et le plan de mobilisation pour les transports porté par Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d'Ile-de-France (18 milliards d'euros, quatre milliards correspondant à des opérations communes). "Nous avons aujourd'hui un projet de transport pour la région Ile-de-France, qui embarque tout le monde et sur lequel nous sommes d'accord", s'est félicité le chef de l'Etat. Le projet de loi déposé à l'automne permettra "d'accélérer les procédures pour éviter les études interminables et les débats qui n'en finissent plus". "Bien sûr", a assuré le chef de l'Etat, "il y aura toujours un débat public et une enquête publique mais ce sera un vrai débat et une vraie enquête, pas un truc qui n'aboutit à rien."

Périmètre autour des gares

Selon le souhait du président de la République, ce projet de loi devrait aussi permettre d'établir un périmètre autour des gares où les procédures d'urbanisme seront assouplies, "où l'on pourra déployer le foisonnement d'idées nouvelles issues de la consultation sur le Grand Paris". "Il faut des règles mais elles doivent être moins nombreuses et plus claires et où le beau et l'architecture sont de nouveau des éléments dont on peut tenir compte", a-t-il commenté.
Le président de la République a également annoncé la création d'un établissement ou d'une société à capitaux publics, chargée de la maîtrise d'ouvrage et d'aménagement, estimant que "le choix d'une société permettrait d'associer l'Etat, les collectivités territoriales, la région, les départements et pourquoi pas les communes". Nicolas Sarkozy a encore indiqué que le débat public aurait lieu à l'hiver 2010 et l'ouverture des premiers tronçons en 2017.

Un TGV à La Défense

Dans son intervention, le président de la République n'a abordé la question du financement de ce plan transport qu'au travers de la valorisation du foncier. "Nous allons créer une trentaine de gares. Il va donc y avoir une valorisation du prix du m2. Et bien, nous prélèverons une partie de cette valorisation du prix du m2 pour payer les infrastructures, lesquelles infrastructures vont générer elles-mêmes leur propre équilibre économique".
Concernant plus spécifiquement la desserte de La Défense, le prolongement d'Eole (RER E) à l'ouest est désormais acquis. Selon Guillaume Pepy, P-DG de la SNCF, la mise en service pourrait intervenir en 2015 ou 2016. Le quartier d'affaires devrait également accueillir une gare TGV. "Le projet de TGV Paris-Le Havre via Cergy arrive à La Défense. On peut imaginer que le tunnel ou le viaduc entre La Défense et l'aéroport Charles de Gaulle inscrit dans le projet de Christian Blanc puisse aussi être utilisé par les TGV. C'est trop tôt pour le dire, on va regarder cela. Mais cela permettrait de mettre la grande vitesse au service de toute la région", a conclu Guillaume Pepy.

Publié dans Actualité Grand Paris

Commenter cet article