Pour un éco-financement des transports en communs du Grand Paris !

Publié le par Association Grand Paris

Grand Paris

Association pour une gouvernance métropolitaine

www.associationgrandparis.fr

 

Paris, le 5 aout 2009

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Pour un éco-financement des transports en communs du Grand Paris !



Les pistes de travail présentées par Gilles Carrez permettent de clarifier le débat sur le financement du projet de transports du Grand Paris. La métropole a besoin d'un électrochoc avec l'amélioration rapide de ses transports en communs. Les conditions actuelles sont devenues insupportables pour de nombreux d'habitants qui mettent parfois plus d'une heure pour se rendre à leur lieu de travail ce qui n'est pas acceptable ! Baisser à 45 mn maximum le temps de trajet des salariés franciliens avec la densification du réseau en banlieue est une nécessité pour réduire la perte de productivité et stopper l'hémorragie de ses cadres vers d'autres métropoles françaises et européennes.

Nous approuvons son souhait d'augmenter la participation des entreprises à l'amélioration du réseau de transports en communs, dont elles vont directement toucher les bénéfices pour leurs salariés et l'attractivité de la métropole. Nous sommes en revanche opposés à l'augmentation de la contribution des usagers au-delà du niveau de l'inflation car les transports collectifs doivent rester attractifs pour augmenter les flux de passager en incitant les automobilistes à prendre les transports en communs et augmenter directement les recettes des exploitants. Nous souhaitons rentrer dans un cercle vertueux avec un système incitatif et écologique !

Nous aurions ainsi souhaité aller plus loin dans la solidarité entre les différents modes de transport et mettre en place une véritable éco-fiscalité à l'échelle de la métropole qui finance le développement des transports en communs. Dans la logique du Grenelle de l'environnement et du sommet de Copenhague, la métropole parisienne doit devenir exemplaire en matière de développement durable en réduisant les émissions de CO2 liées pour un tiers à la circulation, qui entraine également des conséquences néfastes en matière de pollution urbaine et de santé. Plutôt que de mettre en place une fiscalité punitive, comme l'augmentation des amendes, nous préférons une fiscalité incitative qui responsabilise les usagers.

A l'image de Londres ou Stokholm, la mise en place d'une contribution des automobilistes et des routiers sur les grands axes routiers permettrait de dégager des ressources durables tout en incitant à réduire le trafic et les nuisances. Les véhicules électriques et propres des particuliers, des entreprises étant exonérés de cette contribution et une tarification progressive tenant compte de l'émission de CO2 des véhicules pourrait être mise en place.

L'Association Grand Paris souhaite cependant que le calendrier initial soit maintenu pour achever le réseau en 2020 comme annoncé par le Président de la République afin de donner un signal positif aux franciliens qui attendent depuis plusieurs décennies des améliorations du réseau. Nous allons transmettre ces propositions au Premier Ministre, au Ministre d'État de l'Ecologie et du développement durable et du Député Carrez afin que le rapport final puisse intégrer cette fiscalité verte.

 

Le Président,

Antonio Duarte

Architecte-Urbaniste

Commenter cet article