L'Etat reprend la main sur les projets d'aménagement

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LA GAZETTE DES COMMUNES 02/09/09

En dehors d'un chapitre consacré au plateau scientifique et technologique de Saclay, le texte porte surtout sur le projet de nouveau réseau de transports.

Dans l'avant-projet
de loi, la société du Grand
Paris dispose de forts
pouvoirs de préemption.
Dans l'avant-projet de loi, la société du Grand Paris dispose de forts pouvoirs de préemption.

Dévoilé notamment sur le blog de l'adjoint au maire (PCF) de Paris en charge de Paris métropole, Pierre Mansat, l'avant-projet de loi sur le Grand Paris fait des vagues parmi les collectivités. Une société du Grand Paris, indépendante du Syndicat des ~ transports d'Ile-de- France présidé par la région, y est chargée de la maitrise d'ouvrage des projets d'infrastructures d'intérêt national.

Développement avant tout. Majoritairement détenue par l'Etat, elle pilote le chantier du nouveau réseau de transports destiné à «relier le coeur de l'agglomération parisienne et les principaux pôles urbains, scientifiques ou technologiques, économiques, culturels ainsi que les aéroports internationaux et les gares TGV». La société du Grand Paris bénéficie d'un droit de préemption dans un rayon d'I,S kilomètre autour de chaque gare. Au sein de ces zones d'aménagement différé, communes et intercommunalités perdent la jouissance du droit des sols. «Comme l'Etat, nous pensons que les transports collectifs doivent être un outil de développement économique. Mais nous considérons aussi qu'ils doivent être des éléments structurants de nos
projets de villes», soupèse Philippe Laurent, vice-président de Paris métropole et maire (divers droite) de Sceaux. « Et quid de la gouvernance et de la mutualisation financière?»

 Jean-Baptiste Forray

 

 

Publié dans Actualité Grand Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article