IDF : la bataille est lancée entre Huchon et Pécresse

Publié le par Association Grand Paris



PRESSE I LE FIGARO I 09/09/09 I Sophie de Ravinel

Le président sortant affiche son bilan ; sa concurrente UMP lance dimanche sa campagne.

«Je n'ai pas entendu une seule idée de Mme Pécresse jusqu'ici, à l'exception de : Huchon est immobile, Huchon est endormi.» Interrogé mardi sur Europe 1, l'actuel président socialiste de la région Ile-de-France estime que la candidate UMP, «qui peine à rassembler au-delà de son camp et même de son clan», a «surtout pour intention de diviser les Franciliens». Les hostilités ont été ouvertes mardi en Ile-de-France, quelques heures à peine après que Jean-Paul Huchon s'est déclaré candidat à un troisième mandat. Valérie Pécresse, désignée en mars par les militants UMP, laisse entendre qu'elle pourrait accepter de quitter le gouvernement pendant la campagne si cela devait l'aider à reconquérir la première région de France. Une région emblématique pour la majorité présidentielle. La ministre compte sur une alliée objective : Cécile Duflot qui, à la tête des Verts, est bien disposée à bousculer la gauche francilienne. Con­damnée par la justice en 2007 pour prise illégale d'intérêts, le président PS a senti passer le vent du boulet de l'inéligibilité. Mais l'ancien rocardien de 63 ans à l'allure débonnaire est un tenace. «Ce sera une bataille un peu curieuse», reconnaît-il, surpris par cette situation inédite dans sa longue carrière politique : il va devoir affronter deux femmes de moins de 45 ans, non moins déterminées que lui.

 

Une histoire commune

Au sein du PS, le président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, lui apporte son soutien «total» et le député maire d'Évry, Manuel Valls, lui a promis qu'il ferait campagne avec lui. Malgré une histoire commune semée de tensions, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a déclaré que le candidat, qui devrait être confirmé par les militants le 1er octobre, «incarne à la fois l'expérience, la proximité avec les Franciliens et le goût permanent du résultat». Sa première adjointe et conseillère régionale sortante, Anne Hidalgo, est d'ailleurs pressentie pour être tête de liste départementale à Paris. Un bon tremplin pour l'Hôtel de Ville de Paris que vise cette conseillère du XVe arrondissement.

À l'UMP, les listes départementales, dixit Valérie Pécresse, devraient être désignées en janvier. Mais Roger Karoutchi, qui se redit «légitime» pour conduire la liste dans les Hauts-de-Seine, «pense que les têtes de liste seront déjà désignées en novembre». «Les sortants socialistes sont très présents et il ne faut pas prendre de retard», assure l'ancien ministre. C'est d'ailleurs lui qui prononcera le discours d'ouverture du «grand rendez-vous de l'Ile-de-France» qui donnera dimanche à la halle Freyssinet, dans le XIIIe, le coup d'envoi de la campagne de Pécresse. Outre les interventions du secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, et du patron de l'UMP à l'Assemblée, Jean-François Copé, député maire de Meaux (77), interviendront les ministres Chantal Jouanno et Rama Yade. Prêtes à s'engager dans les Hauts-de-Seine, elles présideront, la première un atelier sur l'écologie et la seconde un autre sur la crise. Roger Karoutchi promet de faire «des propositions fortes». «Je ne voudrais pas que nous nous contentions d'alimenter l'opposition entre Huchon et Duflot et que nos idées n'en soient plus audibles.»


    Publié dans Régionales 2010 IDF

    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

    Commenter cet article