Patrick Braouezec : "Je suis prêt à conduire la liste du Front de gauche en Ile-de-France"

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE MONDE I 1109/09

Entre les pressions de ses élus sortants pour reconduire une alliance avec le Parti socialiste et l'insistance de sa base à poursuivre le Front de gauche avec Jean-Luc Mélenchon, la direction du PCF tarde à trancher et à afficher sa ligne pour les élections régionales de mars 2010.

La Fête de L'Humanité, qui s'ouvre pour trois jours, vendredi 11 septembre à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), devait être l'occasion pour Marie-George Buffet de retrouver tous ses partenaires de gauche.

Le député de Seine-Saint-Denis, Patrick Braouezec, figure de l'opposition interne rénovatrice, la presse d'annoncer la couleur pour les élections régionales. Et il se dit prêt pour mener la liste en Ile-de-France.

Le PCF semble tiraillé sur ses alliances. Comment vous situez-vous ?

C'est vrai qu'au dernier conseil national, le 4 septembre, on a eu droit à l'énoncé de toutes les options, sans trancher : la volonté de reconduire une alliance avec le Parti socialiste au premier tour, l'idée de listes estampillées PCF, et, ce qui est sans doute l'option majoritaire, la poursuite du travail avec le Front de gauche entamé lors des élections européennes, en l'élargissant.

Pour ma part, je suis clairement partisan de cette dernière option. C'est ce dont la gauche a besoin, compte tenu de l'espace politique qui s'ouvre un peu entre un PS qui se recentre et le NPA s'il continue à refuser de prendre ses responsabilités dans la gestion.

Après avoir géré bon nombre de régions avec le PS, comment justifiez-vous ce changement de stratégie ?

Il y a une différence notoire entre 2004 et aujourd'hui, c'est l'arrivée de Nicolas Sarkozy. Face à cette rupture politique de droite qui met à mal les acquis sociaux, on a besoin d'une rupture à gauche. Je suis persuadé que les régions peuvent constituer le niveau institutionnel pour résister à la politique de Sarkozy, et être aussi un lieu d'innovation permettant de mener des politiques publiques qui soient en rupture avec la logique libérale.

N'est-ce pas prendre le risque de faire gagner la droite ?

Aujourd'hui, la vraie question posée à la gauche, c'est celle de l'abstention des villes et des quartiers populaires.

On a vu à quel point elle a été massive lors des élections européennes. Il n'y a aucune raison pour que ces électeurs votent plus en mars 2010, si nous ne leur montrons pas qu'au coeur des propositions que nous faisons pour les régions, il y a leurs problèmes, leurs attentes.

L'objectif au premier tour est donc de rassembler tous ceux qui sont sur une perspective de transformation sociale et écologique : le Front de gauche avec le PCF, le Parti de gauche et la Gauche unitaire, des réseaux militants comme la Fédération, les militants des quartiers populaires mais aussi à des militants du PS ou des Verts qui ne se résignent pas au risque d'alliance entre le PS, le MoDem et Europe Ecologie. C'est comme ça qu'on mobilisera le plus efficacement la gauche pour se rassembler au second tour.

Etes-vous candidat pour mener une telle liste en Ile-de-France ?

Si les conditions que je viens de préciser sont réunies, et si les militants communistes comme l'ensemble des partenaires sont d'accord, je suis prêt à conduire cette liste de manière à battre la droite et faire campagne pour une région qui permette à tous ceux qui y vivent mal, d'y rester et d'y vivre mieux.

Le risque est grand de voir l'Ile-de-France continuer à exclure les milieux les plus populaires. Il est temps d'arrêter ce processus avec une politique régionale qui corrige les inégalités sociales et territoriales, qui fasse de l'économie sociale, de proximité, tout en restant attractive pour les entreprises, qui donne la priorité à la formation, qui développe une politique de transports qui désenclave, une politique de logement audacieuse.

Mais aussi qui change sa relation avec les citoyens, en créant des espaces où les politiques régionales puissent être mises en débat. On a besoin d'une nouvelle dynamique pour l'Ile-de-France.

Propos recueillis par Sylvia Zappi

Publié dans Régionales 2010 IDF

Commenter cet article