Transfert des actifs du STIF : Huchon dénonce une "spoliation"

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP 22/09/09

Le président du syndicat des transports d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon a dénoncé mardi "une spoliation des contribuables et usagers", avec le vote lundi à l'Assemblée nationale d'un amendement transférant à la RATP "8 à 10 milliards d'euros" d'actifs du STIF. Au cours d'un point de presse, M. Huchon a déclaré que le gouvernement "met la RATP en situation d'être maître d'ouvrage sur le métro et les RER". "Il n'y aura plus de possibilité pour le STIF, émanation des usagers, de définir les tracés et les caractéristiques du matériel et du service, nous n'aurons plus qu'à payer", a déclaré le président PS du conseil régional. Il a estimé que ce transfert d'actifs "à la hussarde" est destiné à rendre la RATP "plus belle pour sa privatisation". "On nous a volés, volés", a martelé M. Huchon. "Cette spoliation conduira à ne pas pouvoir réaliser" les 19 milliards d'investissements pour les transports votés par le conseil régional (désaturation de la ligne 13, RER, Arc Express, ...), les actifs du STIF étant "une garantie pour pouvoir emprunter". "On revient au temps de Pompidou et de l'affaire Aranda (affaire de corruption), la République sert maintenant les intérêts privés", a-t-il dit. Selon lui, le PDG de la RATP Pierre Mongin "a tendance à monter des coups dans le dos de son autorité organisatrice". "Il n y a pas de budget de la RATP, le budget de la RATP, c'est la contribution du STIF, tout l'argent pour l'investissement, pour l'exploitation, vient du STIF, c'est l'usager, le contribuable, qui paye, M. Mongin touche 3 milliards tous les ans du STIF", a-t-il dit. M. Huchon a convoqué un conseil d'administration extraordinaire du STIF lundi et répété qu'il demandait "la comparution" du secrétaire d'Etat Dominique Bussereau (transports). Gilles Carrez (UMP), membre de ce conseil, "ne comprend même pas ce qui se passe", a-t-il assuré.

Publié dans Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article