Ile-de-France: les Verts se voient en haut de l'affiche

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE FIGARO  25/09/09 I Rodolphe Geisler

Grisés par leur succès aux européennes et par des résultats locaux encourageants, les écologistes veulent croire à leur futur succès aux régionales, notamment dans la région capitale.

LES VERTS ont déjà demandé un devis au Cirque d'Hiver de Paris. Pour le mercredi de l'entre-deux-tours des régionales de mars 2010. Dans le cas où leur secrétaire nationale, Cécile Duflot, qui doit conduire les listes d'Europe Écologie en Ile-de-France, serait en position de se maintenir. Voire de remporter la région ? Pourquoi pas, se disent-ils aujourd'hui. C'est que les écolos commencent à croire en leurs chances. Pour l'heure, encore un peu timidement. Mais l'idée fait désormais partie des possibles.

« Nous ne sommes pas dans la provocation, nous ne voulons battre personne en particulier, mais nous mettrons toute notre énergie possible pour jouer la chance qui existe de gagner l'Ile-de-France » , confiait cette semaine le numéro deux des Verts, Jean-Vincent Placé, par ailleurs président du groupe écolo à la région.

Il l'assure, depuis le score de Daniel Cohn-Bendit aux européennes en Ile-de-France (20,86 % des voix, contre 13,57 % pour le PS), l'attitude des socialistes dans la région a changé. « Avant le mois de juin, c'était : “Ils font, chier ces Verts !” Maintenant, c'est  : “Crédibilité et respect.” », raconte-t-il.

Un autre « signal » est venu aussi confirmer, dimanche dernier, que les écolos seraient « dans une dynamique de gagne » . À Rambouillet, dans le cadre d'une législative partielle, la candidate d'Europe Écologie, Anny Poursinoff, a obtenu 20,15 %, 8 points devant le PS. « Preuve que le score du 7 juin n'était pas un accident électoral » , veut croire Cécile Duflot.

 

Le vent pour eux

Jean-Vincent Placé ne dit pas autre chose. « Aujourd'hui, les gens nous perçoivent comme des gens devenus sérieux. Les divisions et les politicailleries gauchistes, ça fait parti du passé », assure-t-il. Après le rapport Stern, le film d'Al Gore, les émissions de Nicolas Hulot ou de Yann Arthus-Bertrand, les écologistes pensent avoir aujourd'hui le vent pour eux. « Les Français ont pris conscience de l'urgence écologiste », disent-ils.

« Duflot, ça peut être Obama. Il faut comprendre l'ampleur qu'elle a prise depuis notre congrès de Lille. Avec elle, nous allons faire un saut au niveau de l'ambition de ce parti », s'emporte Placé. « Avant, nous étions un parti de gens qui voulaient être adjoints au maire ou sous-ministres. Aujourd'hui, il faut qu'on assume de vouloir être maire ou président de région ! » dit-il encore.

Publié dans Régionales 2010 IDF

Commenter cet article