[75] Figure de la politique parisienne, Pierre-Christian Taittinger est mort

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I Le parisien avec AFP I 26/09/09

Le XVIe arrondissement a perdu son ancien maire. Pierre-Christian Taittinger est décédé dimanche à 83 ans.

Figure marquante du  et de la vie politique parisienne, il marqua de son empreinte pendant près de 20 ans (1989-2008) la modernisation de cet arrondissement «chic» de l'ouest parisien.

Fin politique, il fut aussi président du conseil municipal de  (en 1962-1963), puis deux fois, en 1976 et 1977, secrétaire d'Etat des gouvernements de  (auprès du ministre de l'Intérieur) puis de Raymond Barre (auprès du ministre des Affaires étrangères, à deux reprises).

 

Imposant, le crâne dégarni, l'allure toujours soignée et élégante, d'une courtoisie extrême, ce giscardien qui fut l'ami de Jacques Chirac faisait aussi partie d'une des grandes familles de producteurs de champagne, ce dont il était particulièrement fier.

Né le 5 février 1926 à Paris, fils de Pierre Taittinger, industriel et ancien président du conseil municipal de Paris lui aussi, Pierre-Christian s'oriente d'abord vers le droit. Il est avocat à la cour d'appel dès 1947, mais la politique, ainsi que ses multiples passions (la musique, le football, les voyages, l'histoire ancienne) le happent très vite.

Sa famille comptait d'autres figures politiques: outre son père Pierre, son frère Jean fut député-maire de Reims, la capitale du champagne, et garde des Sceaux. Beaucoup ont parlé de «clans». Pas lui.

«Son heure ne vint jamais» pour la présidence du Sénat

Pierre-Christian Taittinger avait tant d'amis dans les cercles sénatoriaux qu'il fut longtemps considéré comme le probable successeur d'Alain Poher. Qualifié souvent d'«oecuménique», il siégea à la Haute-assemblée de 1968 à 1995. Mais son heure ne vint jamais.

Sa longévité au conseil de Paris est sans doute sans équivalent. Il y a siégé presque sans interruption depuis 1953.

Longtemps gaulliste, M. Taittinger «passa» aux Républicains indépendants de l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing en 1977.

Chargé en 1974 d'une mission temporaire de six mois auprès du ministre de la réforme administrative, c'est lui qui mettra en chantier les projets de réforme des structures administratives de la région parisienne.

Après son seizième arrondissement, qu'il chérissait par-dessus tout, saluant chaque passant avec affabilité, il appréciait les missions parlementaires à l'étranger. Il se distingua partout dans le monde, en Russie, en Allemagne, au Mexique, en Norvège et dans des dizaines d'autres pays. Il fut aussi membre de la délégation française à l'ONU en 1978. C'était un spécialiste du monde arabe.

Cet homme aimait aussi écrire. Il est l'auteur notamment d'un ouvrage étonnant: «A la rencontre des passants célèbres du XVIe arrondissement».

Sa carrière industrielle est également impressionnante: il fut président de la Société de l'hôtel Lutetia, de la Société de l'hôtel Terminus et de la Société du Louvre et du Champagne Taittinger.

Cet homme, tout d'un bloc, vivait dans un calme et une sérénité qui déroutaient ses adversaires toutes ses passions. 

Publié dans 75 - Paris

Commenter cet article