[92] Les dix dossiers chauds des écolos

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE PARISIEN 26/09/09 I Olivier Bureau

Environnement 92 a, cette année, 18 ans. Près de 70 associations, soit 6 000 militants, ont rejoint cette structure départementale dont l’objectif est d’être un médiateur entre les défenseurs de l’environnement et les institutions. « Attention, insiste Michel Riottot, son président, nous sommes apolitiques. Ecolos sans être Verts ! Sans ce pragmatisme, il nous serait impossible de discuter avec les .

1. Le doublement de la D 7. Le projet du conseil général de transformer cet axe, longeant la Seine entre Issy et Boulogne, en une deux fois deux voies, suscite la colère des écologistes. Le département vient de lancer une nouvelle campagne de communication pour convaincre riverains et usagers. « Une provocation » selon les défenseurs de l’environnement, qui remarquent que les voitures sont étrangement absentes des panneaux. 

2. Les hélicoptères. 
« Intenable ! » L’héliport d’Issy avec ses 11 000 mouvements annuels représente une plaie pour les riverains. Les associations réclament une baisse du trafic, des contrôles sur les trajectoires efficaces et une modernisation des appareils. 

3. La relance de La Défense. De nouvelles  dans le quartier d’affaires ? Inutile et dépassé selon les défenseurs de l’environnement. « Des entreprises de pointe,  et IBM, y ont déjà renoncé, tranche Michel Riotot. C’est ce qu’on fait de plus anti-écologique. »

4. La friche Gaupillat. Les associations veulent faire de l’ancienne fabrique de cartouches un lieu de vie avec restaurant, salle de spectacle, etc. Un dossier en passe d’aboutir. « Le maire est d’accord si l’on trouve l’argent », glisse un associatif.

5. Les pavillons d’Antony. Une nouvelle association milite pour préserver les pavillons du quartier de la Gare, à Antony. Une action de défense du patrimoine soutenue par Environnement 92.

6. La forêt de Meudon. Le préfet a répondu favorablement et la procédure commencera dans quelques mois : à terme, la forêt de Meudon sera classée et donc protégée. De nouvelles règles d’aménagement s’appliqueront aux villes limitrophes, sous l’oeil vigilant des écologistes. 

7. L’extension des Chanteraines. 
L’aménagement de promenades vers la Seine, en prolongement du parc départemental de Gennevilliers, commence cet automne. Une opération idéale, selon Environnement 92, qui réclame cependant une dépollution préalable du site. 

8. Les ex-terrains Renault. 
Les écologistes ont obtenu une dédensification des aménagements prévus sur les ex-terrains Renault de Boulogne. Mais considèrent que le bétonnage reste trop important. Plus largement, ils s’inquiètent de la multiplication des immeubles autour de Boulogne et d’Issy, qui compteront bientôt 3 millions de mètres carrés de bureaux, soit autant que La Défense. 

9. Les cas de Nanterre et Gennevilliers. 
Les deux villes sont défigurées par les axes rapides et les voies de chemin de fer. « Il faut réfléchir au moyen d’aménager ces espaces et surtout d’arrêter de densifier », souligne Environnement 92. 

10. La mue de l’ex-N 20. 
Entre Antony et la sortie de Bourg-la-Reine au nord, l’ex-N 20 va être rénovée. Les écologistes comptent vérifier que le projet du département comprendra bien l’aménagement de pistes cyclables, comme l’ont demandé les habitants lors de l’enquête publique. 

Fête des guinguettes, 43, route de Vaugirard, aujourd’hui de 15 heures à 24 heures à Meudon. A 16 h 30, débat avec Mireille Ferri, vice-présidente Verts du conseil régional, sur le doublement de la D 7.
 

Publié dans 92 - Hauts de Seine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article