[93] Seine Saint-Denis: une association d'aide aux créateurs d'entreprises craint pour sa survie

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP 27/09/09

La Maison de l'initiative économique et locale (Miel) qui gère deux pépinières d'entreprises en Seine-Saint-Denis a écrit au gouvernement pour s'inquiéter d'une disposition administrative risquant de la priver de ressources tout comme d'autres structures similaires. Dans une lettre à la ministre de l'Economie et de l'Emploi transmise à l'AFP, la Miel indique dépendre à 57% du soutien des collectivités territoriales (380.000 euros) et du Fonds social européen (27%, 170.000 euros). Or, depuis son adhésion au dispositif Nacre (Nouvel accompagnement à la création et à la reprise d'entreprises), il faut renoncer à l'appui du FSE. "Les services de la direction régionale du Travail et de l'Emploi ont fait savoir récemment, suite à une décision DGEFP du 15 juin 2009, que ces deux modes de financement de la création d'entreprise n'étaient pas compatibles au sein d'une même structure (...)", écrit son président David Proult. "La création d'entreprise et d'emploi dans les quartiers populaires est une priorité de l'Etat, je tenais à vous alerter sur le fait qu'il est prévu un arbitrage prochain de la DGEFP sur ce point et que compte tenu des enjeux financiers la survie de la Miel et des nombreuses structures qui interviennent sur le champ de la création d'entreprise en dépend", ajoute-t-il. La Miel intervient à Saint-Ouen et La Plaine, avec pour vocation non pas de verser des aides mais d'accompagner et professionnaliser les créateurs et dirigeants de très petites entreprises. La plupart de ceux qui frappent à sa porte (un millier par an) ont moins de 35 ans, demeurent en Zone urbaine sensible (ZUS) et sont au chômage. Le travail d'accompagnement dont bénéficient plus de 400 personnes donne naissance chaque année à 90 créations d'entreprise. 

Publié dans 93 - Seine Saint Denis

Commenter cet article