La pub qui verdit le périphérique parisien

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE FIGARO 25/09/09 I Jean-Bernard Litzler (texte et photos)

La première enseigne publicitaire 100 % vivante et végétale vient d'être dévoilée en région parisienne.

C'est sans doute une réponse intelligente à la pollution visuelle qui guette les secteurs à fort trafic automobile. Une publicité 100 % végétale vient de faire son apparition sur le périphérique parisien, à hauteur de la porte de Clichy. L'annonceur, le label de bois géré de manière durable PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) cherchait depuis deux ans déjà une manière originale de se présenter au grand public. L'idée de planter des arbres aux sommets d'immeubles parisiens a rapidement dû être abandonnée: trop compliqué et trop risqué. Sur une suggestion de l'agence publicitaire Evoo, c'est finalement la technique du mur végétal qui a été retenue.

 

Quatre lettres mesurant près de 2,5 mètres ont été créées et mises en culture voilà 5 mois pour prendre de la vigueur avant de rejoindre pour deux ans au moins le toit d'un immeuble de Clichy à 20 mètres de hauteur. «Tout comme pour nos autres murs végétaux urbains nous avons utilisé un mélange d'une dizaine de végétaux particulièrement résistants, précise Arne Mehdorne directeur de la société Greenwall qui a créé l'enseigne. Ces herbes, graminées, sauge et iris sont parfaitement adaptés au climat et à la pollution.»

L'installation a été pensée pour être totalement écologique. Logos, texte et décors sont réalisés en bois français, travaillés localement tandis qu'un système de récupération des eaux de pluie et de pompe électrique permet de ne quasiment pas consommer d'eau. Enfin côté éclairage, l'utilisation exclusive de LED réduit de façon sensible la consommation électrique. «C'est bien la première fois que les voisins regardent avec intérêt et apprécient l'arrivée d'une nouvelle enseigne», souligne Cédric Peiffer, créateur du projet. Autre intérêt du projet, la publicité est vivante et ses couleurs changeront au fil des saisons: virant légèrement au brun à l'automne avant de se colorer de touches blanches au printemps. Une vie qui nécessitera des visites de contrôles régulièrs et un gros entretien deux fois par an avec des jardiniers harnachés descendant la façade en rappel.

Publié dans Economie - Commerce

Commenter cet article