Logement : le marché reste très déprimé

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE FIGARO 29/09/09 I R.E.M. (avec AFP) 

Seulement 300.000 à 310.000 logements devraient être construits cette année. (Marmara/ Le Figaro)

Les difficultés se confirment pour la construction neuve avec un recul de 30% des permis de construire de juin à août et de 31,2 % du nombre des mises en chantier.

Le secteur du bâtiment continue de voir rouge. Selon les chiffres publiés ce mardi par le ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables, le nombre de permis de construire a baissé de 30% à 80.750 unités sur les trois derniers mois et les mises en chantier de 31,2%. Sur une année (de septembre 2008 à août 2009), le nombre de permis de constuire déposés connaît un recul de 18,4% et celui des mises en chantier se replie de 20,1%, à 340.000 unités. Après avoir fortement augmenté au cours des trois dernières années, le secteur des logements collectifs est en recul plus prononcé (-26,1%) que celui des logements individuels (-15,2%), précise le ministère de l'Ecologie.

«La conjoncture reste difficile mais comparativement à d'autres secteurs, les effets de la crise, bien que présents, sont contenus, notamment grâce à la mise en oeuvre du plan de relance», a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu. Selon l'économiste Michel Mouillard, le secteur atteindra seulement 300.000 à 310.000 pour l'ensemble de l'année 2009 contre 368.000 en 2008 et 435.000 en 2007.

 

«Le prétexte du verdissement»

 

Pour la Fédération des promoteurs immobiliers (FPC), la situation pourrait s'améliorer en 2010 si le gouvernement continue de soutenir le secteur. Son président, Marc Pigeon, met en garde contre un mauvais signal qui serait envoyé aux investisseurs si le projet de loi de finances 2010 réduit certains dispositifs mis en place dans le cadre du plan de relance. Des mesures sont en effet prévues pour «verdir» la déductibilité des intérêts d'emprunt pour l'acquisition d'une résidence principale. Cette mesure sera recentrée sur les bâtiments à basse consommation d'énergie. De la même façon, le dispositif Scellier visant à encourager l'investissement locatif sera réduit dès 2010 si le logement ne produit pas plus d'énergie qu'il n'en consomme (ceux équipés de panneaux solaires par exemple). «Seulement 3% des logements construits sont aujourd'hui des bâtiments basse consommation», assure la FPC. Pour Marc Pigeon, sous couvert d'écologie, le gouvernement cherche des économies «là où il ne faudrait pas en faire». «Si on souhaite que la construction reprenne, il vaudrait mieux prolonger des mesures efficaces comme le doublement du prêt à taux zéro à un an au lieu de six mois et surtout prolonger le dispositif Scellier».

 

Les crédits immobiliers tombent encore

Selon Empruntis/ Seeds Finance, les taux des crédits habitats sont tombés à 4,10% sur 20 ans contre 5,4% en octobre 2008. " La situation actuelle est équivalente à celle de 2005 - période où les taux affichés étaient au plus bas historique, autour de 3,5% sur 15 ans ". La durée des crédits se stabilise à 20 ans (au 2ème trimestre 2009), contre 21,6 années au début de l'année 2008. Néanmoins, certaines banques commencent à réintroduire des prêts immobiliers sur 25 ans voire 30 ans. Le courtier s'attend à un allongement de la durée des crédits immobiliers.

R.E.M
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article