Péage urbain : Lyon quasi sur les starting blocks

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I TERRA ECO 05/10/09 I Karine Le loet

La ville a envisagé l’option d’un péage urbain dès 2007 mais hésite encore sur la stratégie à adopter.

L’idée a fait son entrée aux pages du plan de protection de l’atmosphère (PPA) de la communauté urbaine de Lyon en 2007. Un scénario y faisait figure de grand favori : “ rendre payant l’accès du centre de l’agglomération lyonnaise” soit la zone de Lyon Villeurbanne. Objectif affiché ? Réduire les émissions de la circulation de 20 à 30% et encaisser les recettes du péage pour améliorer les transports en commun. Mais, prudence oblige, le PPA réclamait une étude de faisabilité sur le sujet... qui n’a jamais eu lieu. Les élections municipales venant, Gérard Collomb, le maire de Lyon, a joué les frileux. En 2008, il se déclarait même plutôt hostile à la question. “Le Grand Lyon a délibéré avant les vacances : il n’est nullement dans ses intentions d’établir un péage urbain. Après, peut-être l’Etat a-t-il des souhaits. Dans ce cas, qu’il les réalise, mais seul !”, déclarait-il le 12 septembre 2008 dans les colonnes du quotidien régional “Le Progrès”.

Un an et un amendement sénatorial plus tard, l’homme semble avoir retourné sa veste. “Je ne suis pas contre, mais il faut qu’on le fasse de manière juste socialement”, précisait-il le 28 septembre devant un parterre de journalistes. Il faudra notamment que l’offre en transports en commun soit suffisante pour que les gens aient le choix. De leur côté, les Verts ont leur proposition toute trouvée. “ Nous sommes plutôt favorables à une plateforme multi-modale, souligne Béatrice Vessiller, adjointe à la mairie de Villeurbanne en charge des déplacements urbains et de la voirie. Chaque automobiliste habitant la ville ou de simple passage dans l’agglomération devra s’acquitter d’une vignette obligatoire payable au mois ou à la journée. En contrepartie de celle-ci il aura un accès gratuit aux transports en commun.” Il aura donc le choix et optera peut-être plus souvent pour l’option métro ou bus. Reste pour Gérard Collomb à donner le feu vert de l’expérimentation, préconisée par les sénateurs. “A l’approche de Copenhague, Gérard Collomb commence à prendre la mesure de ce qu’il doit faire. D’autant que le Grand Lyon s’organise. Il a notamment un plan climat” avance prudemment Mireille Roy, adjointe (Verts) au maire en charge de la qualité environnementale.


Le Sénat donne le feu vert aux péages urbains
Le 28 septembre, les sénateurs ont voté un amendement autorisant les communes françaises de plus de 300 000 habitants à tenter l’aventure pendant 3 ans. Inclus dans la loi Grenelle II, la mesure pourrait entrer en vigueur en 2010 à condition d’être validée par l’Assemblée nationale.

LES SOURCES DE CET ARTICLE :
- Péage urbain de Lyon dans le PPA 

Commenter cet article