Le Secrétaire d'État invente la solution de logement durable qui ne dure qu'un mois

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LIBETOULOUSE I 05/10/09

LOGEMENT. L'échelle de secours aux mal-logés n'était en fait tissée que de bouts de ficelle.

C'est avec l'assurance de l'application de la loi DALO que le campement sauvage des Enfants de Don Quichotte de l'Arsenal a été levé ce week-end à Toulouse.

L'article 4 de cette loi n°2007-290 du 5 mars 2007 prévoit en effet que «toute personne accueillie dans une structure d'hébergement d'urgence doit pouvoir y demeurer, dès lors qu'elle le souhaite, jusqu'à ce qu'une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d'hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation.» 

Or, patratras et patquès. Un hébergement au foyer Cépière Accueil Jeunes a bien été proposé à un de ces campeurs de l'Arsenal. Mais pour un mois seulement et étant spécifié que ce contrat est «non renouvelable».

Le campeur a donc jusqu'au 2 novembre pour se trouver une solution durable tout seul, ensuite de quoi il sera remis à la rue.

Les Enfants de Don Quichotte ont le vilain sentiment d'avoir été proprement baladés.

Le Secrétaire d'État au Logement n'aurait donc pas tenu ses engagements pris le 21 septembre. Il s'agissait alors de respecter la loi et de faire à chacun des campeurs de l'Arsenal des «propositions d'hébergement ou de logement adaptées et stabilisées».

Les Enfants de Don Quichotte haussent le ton: «L'État est hors-la-loi lorsqu'il impose des contrats non renouvelables aux usagers et qu'il oblige les structures d'hébergement à remettre à la rue les personnes hébergées»
  

«Cela fait plus de deux ans que la loi DALO a été votée, reprennent les Enfants de Don Quichotte. Combien de temps devra-t-on encore attendre avant qu'elle soit appliquée?»

En attendant, et dès de lundi 5 octobre, ils vont demander à la préfecture, à la DDASS et à la direction du foyer Cépière Accueil Jeunes de «prendre des engagements écrits afin que ce contrat puisse être reconduit chaque mois jusqu'à ce qu'une autre solution soit trouvée».

GLv.

 

 

Publié dans Logement - Immobilier

Commenter cet article