Grand Paris : Huchon (PS) "pleinement insatisfait" du projet de loi

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP 06/10/09

Le président du conseil régional d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon (PS) s'est déclaré mardi "pleinement insatisfait" du projet de loi sur le Grand Paris, dont la dernière mouture a "pleinement" satisfait le secrétaire d'Etat Christian Blanc (région-capitale). Devant la presse, M. Huchon a déclaré que "les collectivités locales n'adhèrent pas, mais pas du tout", citant Paris, plusieurs élus de droite, le conseil économique et social régional (CESR), l'association des maires d'Ile-de-France et le syndicat d'élus franciliens Paris Métropole. Parlant d'une "vision napoléonienne", il a déclaré que "si ce projet de loi est transmis en l'état par le conseil des ministres" mercredi, "on va vers la privatisation de l'aménagement francilien". "Je pense qu'il faut parler de soupçon de spéculation immobilière, opérations de PPP (partenariats public-privé) pour confier sans doute des chantiers à des grands du BTP, des majors", a-t-il dit. Il a dénoncé "un déni de démocratie locale", "une violation des lois de décentralisation, en particulier sur les transports", une "perte d'autonomie financière" pour les collectivités et une absence de financement des projets. "Cela montre bien que l'aménagement du territoire vu par M. Sarkozy, c'est une nouvelle version du baron Haussmann, une nouvelle version de recentralisation napoléonienne, il n'y a eu aucune avancée dans la soi-disant concertation que nous avons eue avec le secrétaire d'Etat", a déclaré M. Huchon. Il a exigé le retrait du projet de loi, l'approbation du schéma directeur régional (SDRIF), "approuvé à 70%" le 25 septembre 2008 par le conseil régional, l'"engagement financier tangible de l'Etat sur les urgences du plan de mobilisation" pour les transports et la "reconnaissance de l'existence et de la pertinence" de Paris Métropole. La région va faire "si nécessaire" un recours contentieux devant le Conseil d'Etat pour non transmission par l'Etat du SDRIF au Conseil d'Etat "dans un délai raisonnable", après avoir voté jeudi "l'exigence de transmission du SDRIF". Mireille Ferri, vice-présidente Verts de la région, a estimé que le projet de loi Blanc était "l'anti-Sdrif".

Publié dans Actualité Grand Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article