François Fillon tente de rassurer les élus franciliens sur le Grand Paris

Publié le par Association Grand Paris

Un éclairage sur les évolutions du projet de loi

Nous vous invitons a consulter le site d'information 
Citoyensdugrandparis mis en ligne hier et qui précise l'itinéraire du projet de loi et les améliorations - substantielles - apportées par le Premier Ministre à la première version du projet de Christian Blanc. S'il y a eu certe un recul sur le Droit de préemption, qui a été largement souligné, plusieurs améliorations concernant la concertation avec les élus locaux sur le projet de tracé de métro ont été introduites.

L'origine du site demeure incertaine, mais manifestement de source gourvernementale. 

Ces discussions ayant été opaques, nous avions publié une version provisoire du texte, samedi. Ce site a le mérite de montrer l'évolution du texte. 

Antonio Duarte
Architecte-urbaniste
Président de l'Association Grand Paris


PRESSE I LEMONDE.FR avec AFP | 06.10.09

Le premier ministre tente de calmer les inquiétudes des élus parisien concernant le projet duGrand Paris. François Fillon a envoyé mardi  un courrier à plusieurs grands élus d'Ile-de-France pour leur dire qu'il avait pris "en compte au mieux" leurs préoccupations en amendant le projet du Grand Paris qui sera présenté mercredi 6 octobre en conseil des ministres. 

Ce projet, explique M. Fillon, "ne se fera pas contre les élus mais bien en étroite collaboration avec eux". Le chef du gouvernement s'est fortement impliqué dans le dossier ces derniers jours après que son principal artisan, le secrétaire d'Etat Christian Blanc, eut essuyé un tir de barrages des élus locaux qui déplorent un texte donnant trop de pouvoirs à l'Etat au détriment des collectivités. L'un des points les plus controversés du texte concerne la possibilité pour l'Etat de préempter de larges zones autour des quarante gares du futur réseau automatique autour de Paris.

"L'Etat donnera l'impulsion nécessaire mais le projet ne réussira que s'il est partagé par tous", assure François Fillon dans sa lettre, envoyée notamment aux présidents des conseils généraux d'Ile-de-France, à celui de la région,Jean-Paul Huchon (PS) ainsi qu'au maire de Paris, Bertrand Delanoë (PS).

Les inquiétudes ne se font pas uniquement jour chez les élus de gauche. Le député et maire UMP de Saint-Maur-des-Fossés, dans le Val-de-Marne, Henri Plagnol, a annoncé mardi qu'il ne pouvait "voter en l'état" le projet de loi sur le Grand Paris, s'élevant contre une "densification forcée" des villes de proche banlieue. 

Publié dans Actualité Grand Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article