Le projet du Grand Paris en Conseil des ministres

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE POINT & AFP 07/10/09

Le projet du Grand Paris, présenté mercredi en Conseil des ministres, s'inscrit dans l'ambition plus vaste de Nicolas Sarkozy de faire de la région-capitale l'exemple d'une ville réinventée qui pourrait s'étendre jusqu'au Havre. "Comment faire pour que nos grandes métropoles redeviennent des lieux de progrès, de prospérité, de partage ? Comment inventer la ville durable, la ville de l'après-Kyoto, la ville écologique", qui "s'allie avec la nature sans la combattre?", s'était interrogé le chef de l'Etat le 29 avril en inaugurant à la Cité de l'Architecture une exposition de dix visions d'architectes pour le futur de Paris et son environnement. C'est, avait-il lancé, "le plus grand défi peut-être de la politique du XXIe siècle". 

Il avait cité Victor Hugo, voyant dans la capitale "la ville héritière de Jérusalem, d'Athènes et de Rome", incarnant "le vrai, le beau, le grand". "Le vrai, le beau, le grand, c'est exactement ce à quoi nous invite cette exposition", avait-il ajouté. Le chef de l'Etat avait défendu l'idée d'une ville dense, avec des coefficients d'occupation des sols plus élevés, sans exclure la construction de tours "si elles s'inscrivent harmonieusement dans le paysage urbain". "La seule chose condamnable, c'est la laideur", avait-il affirmé. S'il a dessiné l'Ile-de-France qu'il souhaite, avec une vision très étendue puisqu'il avait désigné Le Havre comme "le port du Grand Paris", Nicolas Sarkozy, en revanche, s'était abstenu de se prononcer sur son type de gouvernance. 

Le citoyen "verra, au coeur de la métropole, la vallée de la Seine se muer en vallée de la culture", avait-il lancé. Au centre "la Grande bibliothèque, le Grand Louvre, Orsay, le Musée des Arts premiers, le Grand Palais rénové, la Cité de l'Architecture, une nouvelle institution dédiée à l'art contemporain, installée au Palais de Tokyo". A l'ouest, la fondation Louis-Vuitton et l'Ile Séguin dédiée à tous les arts, à l'est, le pôle Image et Médias autour de l'Ina, de l'Ecole des Gobelins à Noisy-le-Grand, des universités de Marne-la-Vallée et Créteil. Au nord, la Villette, avec la Philharmonie de Paris à côté de la Cité de la musique, du Conservatoire et de la Cité des sciences, la Cité européenne du cinéma de Luc Besson, "un grand équipement culturel et scientifique prestigieux" installé au Bourget. 

Au sud, "le Mac Val de Vitry, voué lui aussi à l'art contemporain". Au passage, il a installé la future cité judiciaire aux Batignolles (17e arrondissement). Des pôles d'excellence à vocation mondiale émergeront dans l'avenir, avait pronostiqué le président. A l'ouest, "la Défense devrait devenir la Cité financière" et l'université de Dauphine "le plus formidable cluster de l'industrie et de la finance". A l'ouest, la vallée industrielle de la Seine autour du port d'Achères et du pôle universitaire de Cergy-Pontoise. 

Au sud, le plateau de Saclay qui "a vocation à devenir l'un des plus importants centres scientifiques et technologiques au monde". A l'est, un pôle industriel et scientifique consacré à la construction et la ville durable. Au nord, "dans la Plaine Saint-Denis, un pôle dédié aux industries de la création". "Autour de Roissy et de Villepinte, un pôle dédié aux échanges internationaux et au développement industriel de la logistique". Il avait aussi repris une idée de l'architecte néerlandais Winy Maas : créer une forêt d'un million d'arbres dans le "cône de bruit" de l'aéroport de Roissy (Val-d'Oise).
 

Publié dans Actualité Grand Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article