Peage urbain : Stockholm et Londres, deux expériences plutôt concluantes

Publié le par Grand Paris

[PRESSE]

Infographie

Quatre capitales équipées d'un péage urbain

LEMONDE.FR | 16.01.07 | 18h42


Stockholm et Londres, deux expériences plutôt concluantes

LE MONDE | 16.01.07 | 15h10


Au terme d'une année de pause, le péage urbain de Stockholm sera à nouveau en fonction le 1er juillet. Longtemps après les Norvégiens, qui se sont lancés il y a vingt ans en ouvrant le premier péage d'Europe, à Bergen, les Suédois ont adopté cette solution au terme d'un débat passionné.


Ce sont les sociaux-démocrates, à l'époque où ils détenaient la majorité à la mairie de Stockholm, qui avaient lancé le projet, en juin 2004, sous la pression des Verts, leurs alliés au Parlement. Le nouveau gouvernement de droite s'est plié au résultat du référendum organisé en septembre 2006, en même temps que les élections législatives. Une majorité de Stockholmois s'étaient prononcés en faveur du péage, qui avait été testé de janvier à juillet 2006 : la circulation avait baissé de 19 %, alors que l'objectif initial était une réduction de 10 % à 15 % aux heures de pointe.


Le nouveau plan de circulation, entièrement financé par l'Etat, a coûté 400 millions d'euros dont près de la moitié destinée à la création d'une vingtaine de lignes de bus en grande banlieue ainsi qu'à des parkings - gratuits pour les détenteurs d'un titre de transport en commun -, situés près des stations. "Le système de boîtier embarqué dans le véhicule va disparaître cet été, explique Carl Cederschöld, chargé par le gouvernement de réviser le projet, car les caméras qui filment les plaques minéralogiques sont assez précises. Par ailleurs, nous ne financerons plus les transports en commun avec cet argent, mais la construction de routes."


A Londres, cela fait quatre ans que le centre est soumis à un système de péage électronique qui a permis de réduire sensiblement le trafic automobile. La zone où s'applique cette taxe couvre en gros le West End, la City et le sud de la Tamise, soit environ 20 km2. A partir du mois prochain, elle sera plus que doublée et englobera notamment les quartiers chics de l'ouest de la capitale, Knightsbridge, Kensington et Chelsea.


Le maire de Londres, Ken Livingstone, affirme avoir gagné son pari. Le trafic automobile a été réduit de 16 % dans le centre, soit 70 000 véhicules en moins par jour. Les encombrements, naguère cauchemardesques, sont moins nombreux. Avant l'instauration de la taxe, la vitesse moyenne de déplacement était tombée à 17 km/h, la plus faible depuis l'époque où les chevaux parcouraient les chaussées du royaume. Elle aurait augmenté, selon la mairie, de 14 %. Les courses en taxi sont en hausse de 20 %, et l'utilisation des transports en commun augmente. Enfin, contrairement aux craintes initiales, le trafic dans la périphérie de la zone et sur les autoroutes ne s'est pas sensiblement accru.


Mécontentes de la dernière hausse du péage, les associations de défense des automobilistes soupçonnent le maire d'utiliser la taxe comme une vache à lait, pour financer les énormes besoins de modernisation des transports publics londoniens. Le maire n'entend pas en rester là : en 2009, les véhicules les plus polluants, dont les 4×4, seront surtaxés, jusqu'à 25 livres (37 euros) par jour.


Jean-Pierre Langellier (à Londres) et Olivier Truc (à Stockholm)

Article paru dans l'édition du 17.01.07.

Publié dans Actualité Grand Paris

Commenter cet article

Olaf MÌhlmann 16/02/2007 15:58

J'ai passé 4 jour fin janvier 2007 à Stockholm - et le transport en commun pour 1,7 millions d'habitants est tout simplement extraordinaire !!! Tout les 2-3 min un train de la Tunnelbana (métro) et tard le soir tout les 5 min !!! Il faudra en Ile-de-France un RER tout les 20 sec !!! Oui pourquoi pas un péage mais D'ABORD (le bon ordre !!!) un transport en commun plus modern, rapide et propre !