[75] Une carte pour lutter contre le gaspi

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LES PARISIEN Julien Solonel | 24.10.2009, 07h00

Pour la première fois dans la capitale, un cliché infrarouge permet de visualiser les pertes d’énergie. Un document symbolique destiné à une prise de conscience.

Personne ne s’en est aperçu, mais dans la nuit du 6 mars 2009, un équipé d’une caméra à infrarouge a survolé la capitale. Objectif : mesurer la température à la surface des toitures et connaître ainsi le niveau de perte de chaleur au sommet des 100 000 immeubles parisiens. Sur cette carte étonnante, plus le toit apparaît rouge, plus il est chaud.

Ce qui signifie concrètement qu’une partie de l’énergie dépensée pour maintenir la température dans le logement s’est envolée dans l’atmosphère, contribuant ainsi au réchauffement climatique mondial. Par ailleurs, les façades d’une centaine d’immeubles d’époques et de matériaux différents ont également été scrutées aux infrarouges l’hiver dernier.
Les résultats de cette campagne menée par la mairie de sont présentés pour la première fois aujourd’hui à l’occasion des Journées de l’énergie et du climat. La carte du territoire parisien montre notamment que les habitations bon (HBM) en brique rouge des années 1930, et surtout les immeubles des années 1960-1970 en béton et en verre, sont particulièrement énergivores. Au contraire, les bâtiments haussmanniens en pierre conservent plutôt bien la température. La thermographie révèle également qu’il y a beaucoup de perte de chaleur au niveau des chaussées. « Ce phénomène est lié aux réseaux souterrains chauffage, eaux usées qui sont très mal isolés, explique Denis Baupin, adjoint (Verts) de Bertrand Delanoë en charge du développement durable. Pendant la canicule, cela avait aggravé la hausse des températures dans Paris, avec un écart de 9 o C entre Paris et l’Essonne ! »
Tous ces enseignements permettent à la Ville de savoir où cibler les travaux de rénovation. Ils serviront aussi à sensibiliser les Parisiens. « Il s’agit d’un support pédagogique pour permettre de passer de la prise de conscience de l’urgence de la situation climatique, aux actes concrets », estime Anne Hidalgo, première adjointe PS en charge de l’urbanisme. En voyant où et comment s’envole l’énergie, les propriétaires pourront par exemple s’équiper en double vitrage ou changer de chaudière.
Courant 2010, un site Internet sera lancé sur lequel seront rassemblées la carte et la thermographie de 500 immeubles parisiens, ainsi que des conseils pratiques, des adresses. « A terme, les mairies d’arrondissement pourraient aussi accueillir des espaces des sortes de « maisons du climat » où les Parisiens trouveraient toutes les informations sur les travaux d’isolation, les financements, les aides… », annonce Anne Hidalgo.

Publié dans 75 - Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article