[92] EPAD : le point de vue de P. Mansat

Publié le par Association Grand Paris

BLOGS I PIERREMANSAT.COM I 18/10/09

Le vrai sujet n'est pas l'élection de Jean Sarkozy ....mais il est celui concernant le projet de la Défense, et de sa gouvernance telle qu'elle est envisagée par les deux décrets . Décrets qui entre autre organisent l'éviction de Paris de cette gouvernance. Et sur lesquels nous allons demander au Conseil de Paris de se prononcer lundi ou mardi.
Cette nouvelle gouvernance se limite aux collectivités incluses dans l epérimètre et à la Région. Elle exclut les riverains, les proches les plus impactées , Paris. Et également le STIF , dans la droite ligne du projet de loi Société du Grand Paris et amendements ARAF.
Qu'il s'agisse du devenir du quartier d'affaire, de l'aménagement de l'axe Etoile Maillot N13, de la saturation du RER A, de l'avenir de la gare Saint Lazare, de l'évolution du parc immobilier des arrondissements de l'ouest parisien et des effets sur le foncier, des impacts en terme de circulation dans le Bois de Boulogne, de l'organisation des espaces logistiques et des plateformes d'approvisionnement, ou bien encore de l'image de La Défense dan sle monde, Paris et La Défense ont depuis 30 ans destins liés.
Exclure Paris revient à décider de supprimer toute vision concertée, mutualisée des deux centralités majeures de la métropole.
C'est bien sur tourner le dos aux annonces présidentielles d'en faire un quartier exemplaire en matière de développement durable.
C'est bien pour refuser ces orientations que je voterai pour Patrick Jarry le 4 décembre."

En déplaçant le centre de gravité de l’économie vers l’ouest , le projet de la Défense risque d’augmenter le déséquilibre Est/Ouest, les inégalités : si le quartier d’affaires contribue au développement des autres pôles d’emploi, ce qui justifie son renforcement en parallèle du développement régional, [ Bezons, Les Grand Moulins à Pantin, Achères ]on peut craindre que la concentration d’activités et de servic es à l’ouest ainsi que la réalisation du projet de réseau rapide « Grand Paris », n’accentuent les spécialisations des territoires économiques et résidentiels et n’augmentent les migrations pendulaires quotidiennes en accroissant les écarts de richesse, de ressources et donc de qualité de vie.
De manière identique, la création d’une liaison rapide La Défense Rouen Le Havre [ voir  un post précédent ]pourrait entraîner un développement de la fonction résidentielle en Val d’Oise, Yvelines et Normandie et un accroissement des flux migratoires entre les régions. De ce fait si le grand Ouest se développe,
l'Est ne bénéficiera pas directement du développement économique Qu’en sera-t-il de la cohérence du développement métropolitain ?
Le projet proposé de réalisation d’une grande cité financière remet en cause le programme de développement harmonieux et durable, fruit des discussions de l’EPASA avec les collectivités locales.
Le programme de l’EPASA visait la réalisation d’un quartier mixte et équilibré avec 217 000 m² de bureaux et d’activités, 292 000m² de logements (dont 40% de PLUS, PLS) 101 000m² de commerces, services activités et 35000 m² d’équipements publics. Dans un même esprit d’ouverture et de solidarité, le projet prévoyait
10 000 emplois mais également des partenariats avec les structures d'insertion locales
Quel sera le devenir de la ville de Nanterre et des communes de la boucle de Seine si seuls des bureaux viennent prendre place en bord de Seine sur des terrains aujourd’hui moins « chers » qu’au cœur de la Défense ? Quels mécanismes garantiront l’accès à l’emploi des populations locales et la nécessaire solidarité territoriale ? Dans quelles communes seront reportées les constructions de logements ?


Pierre Mansat

Publié dans 92 - Hauts de Seine

Commenter cet article