[92] Jean Sarkozy à La Défense : la querelle politique s'emballe

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE PARISIEN 10/10/09

La nomination probable de Jean Sarkozy, 23 ans, à la de l'Etablissement public d'aménagement du quartier d'affaires de La Défense (Epad), continue de susciter de vives réactions.

Alors qu'une pétition en ligne a déjà recueilli depuis jeudi près de 8000 signatures (voir le site mesopinions.com), Ségolène Royal a dénonçé dimanche le "fait du prince" : «La République, c'est quoi ? C'est la reconnaissance des places de chacun en fonction de ses mérites propres, pas en fonction du nom qu'il porte», s'est-elle indignée sur RTL.

«C'est le privilège de naissance, c'est parce qu'il s'appelle Sarkozy qu'on nommerait un étudiant en droit de 2e année à la tête de l'Epad ?», s'est interrogé de son côté le député de Saône-et- Arnaud Montebourg, sur RMC. «Ca n'a aucun sens, c'est la destruction de l'esprit de la République».

«Une reprise en main du clan Sarkozy»

Manuel Valls, député PS de l'Essonne, dénonce lui aussi une manoeuvre politique : «Je ne doute pas un seul instant que ce garçon ait du talent mais il est le fils du président de la République, il est le fils de l'ancien président du conseil général des Hauts-de-Seine et on sent bien qu'il y a une reprise en main du clan Sarkozy sur le département, sur le coffre-fort que représente le département le plus riche de notre pays», a-t-il déclaré lundi matin sur i-Télé.

Marine Le Pen, vice-présidente du Front national (FN), a estimé pour sa part que «Nicolas Sarkozy prend la France pour une République bananière», «il va donc faire nommer son fils, Jean, 23 ans, bac + 1, à la tête de l'Epad. Après les affaires Polanski et Mitterrand, la France n'aura donc plus rien à envier aux pires Républiques bananières», écrit-elle dans un communiqué.

«Encore plus de talent que n'en avait son père à son âge»

Face au tollé suscité, l'UMP et la garde raprochée du fils cadet font front. A l'image de Patrick Balkany, député-maire UMP de Levallois-Perret et ami du président de la République, qui a souligné que Jean Sarkozy en est là «parce qu'il a le talent pour le faire». «Moi qui ai connu Nicolas Sarkozy à 22 ans, il avait déjà beaucoup de talent. Et je peux vous dire que Jean Sarkozy, à 23 ans, a peut-être encore plus de talent que n'en avait son père à son âge», a-t-il conclu.

Même son de cloche du côté du secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, qui rappelle que le fils du chef de l'Etat tient «sa légitimité» de son élection au conseil général des Hauts-de-Seine. Dans une interview au Parisien, le secrétaire général de l'UMP fait valoir que «le début du parcours de Jean Sarkozy est dû à une seule chose : l'élection».

Publié dans 92 - Hauts de Seine

Commenter cet article

agathe 23/10/2009 09:59


Il a renoncé mais il n'a rien lâché,. Ce jeune homme de 23 ans qui, à aucun moment, n'a laissé paraître le moindre doute sur l'essentiel, ses capacités et sa légitimité à occuper des fonctions qui
supposent de l'expérience et des compétences