[92] Le conseil municipal de Puteaux contre les décret sur l'avenir de La Défense

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE >NANTERRE, 22 oct 2009 (AFP) - 23h08

Le conseil municipal de Puteaux contre les décret sur l'avenir de La Défense

Le conseil municipal de Puteaux (Hauts-de-Seine), à majorité UMP, a voté jeudi soir à l'unanimité contre deux projets de décrets concernant l'aménagement du quartier d'affaires de La Défense, a-t-on appris auprès de la mairie. Dans un communiqué, la majorité, dirigée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, avait expliqué: "premièrement, la ville de Puteaux déplore que les projets de décrets aient été communiqués, en plein coeur de l'été, élaborés sans concertation préalable des communes concernées". Elle regrette également que "le périmètre de l'opération d'intérêt national (OIN), modifié dans le décret, (soit) redéfini sur la ville de Puteaux sans cohérence avec la réalité physique du territoire communal". Enfin, les élus de la majorité dénoncent une sous-représentation au sein du conseil d'administration de l'Epadsa, le nouvel établissement public qui devrait réunir l'Epad et et l'Epasa: "la ville de Puteaux refuse d'être sous-représentée au nom de l'égalité républicaine (une commune, une voix) (...). Aujourd'hui, la ville de Nanterre se voit attribuer dans le projet de décret un représentant supplémentaire au motif que cette commune a une plus forte implication territoriale". Le groupe MoDem putéolien a toutefois précisé à l'AFP: "nous n'avons pas pris part au vote, faute d'avoir eu la parole". Le 13 octobre, le conseil municipal de Courbevoie (Hauts-de-Seine), à majorité UMP, s'était prononcé à l'unanimité contre ces projets. Ce vote consultatif, auquel sont appelés les conseils municipaux des villes concernées (Courbevoie, Puteaux, Nanterre), est une étape avant le passage des décrets devant le Conseil d'Etat. Un décret porte sur la fusion de l'Etablissement public d'aménagement de La Défense (Epad), qui couvre les 160 hectares du quartier d'affaires, avec l'Etablissement public d'aménagement Seine-Arche (Epasa), chargé d'urbaniser 320 hectares sur la zone voisine de Nanterre. L'autre décret élargit le périmètre "d'intérêt national" administré par l'Etat à d'autres portions de Nanterre et de La Garenne-Colombes.

Publié dans 92 - Hauts de Seine

Commenter cet article