[92] Le projet de restructuration de la cité U d'Antony se précise

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP 07/10/09

Le propriétaire de la cité U Jean Zay d'Antony, la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (CAHB), doit se prononcer vendredi sur un projet de restructuration prévoyant de démolir à terme au moins 800 chambres sur 2.100, selon un document dont l'AFP a reçu copie. Ce projet, défendu par les élus de l'UMP et contesté par la gauche, irait de pair avec l'engagement pris par le conseil général des Hauts-de-Seine (CG92), présidé par Patrick Devedjian, de construire 3.000 logements étudiants dans le département d'ici 2013, avec un objectif affiché de six logements construits pour cinq détruits. Vendredi soir, lors de la réunion de la CAHB (sept communes dont Antony) qui se tiendra au Plessis-Robinson, les élus doivent se prononcer d'une part sur la démolition totale du bâtiment C (548 logements) et d'autre part sur un projet de protocole entre le CG92, la CAHB et le Crous. Ce projet prévoit pour l'échéance 2009-2010 la réhabilitation du bâtiment A (311 logements). D'autre part, à l'échéance 2011-2013, les démolitions de deux bâtiments (G et H, soit 271 logements) sont proposées, parallèlement à des réhabilitations partielles dans trois bâtiments. Selon le rapport accompagnant le protocole, le projet se fonde notamment sur la taille des chambres (10 m2), trop petites par rapport à une "référence nationale" de "16 à 18 m2" et sur "des problèmes de sécurité" dus à la "vétusté" des bâtiments, construits dans les années 50. Les défenseurs de la cité universitaire prônent pour leur part une réhabilitation des bâtiments sans démolition et craignent que l'augmentation de la taille des chambres ne fasse flamber les loyers. "Pourquoi serait-on capable de rénover certains bâtiments et pas d'autres?", demande Marie-Jo Weil-Erhard, membre active du collectif Sauvons Jean Zay, qui comprend notamment le syndicat étudiant Unef et les partis de gauche. L'Ile-de-France fait partie des régions connaissant la plus grande pénurie de logement social étudiant. Selon un rapport de 2008 rédigé par le député UMP de Saône-et-Loire Jean-Paux Anciaux, la région comptait 17.041 logements "Crous" en septembre 2007 (hors parc privé), pour 580.485 étudiants. 

Publié dans Logement - Immobilier

Commenter cet article