Comme prévu, Jean Sarkozy élu administrateur de l'EPAD

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE MONDE 23/10/09

Le fils cadet du chef de l'Etat Jean Sarkozy, 23 ans, a été élu, vendredi  23 octobre, administrateur de l'Etablissement public d'aménagement de La Défense (EPAD) par la majorité du conseil général des Hauts-de-Seine.

Le fils du président a fait le plein des voix des 30 élus de la majorité départementale (UMP-NC), le candidat présenté par la gauche, Nadine Garcia (PCF) ayant regroupé sur son nom les 15 voix de l'opposition PCF, PS et Verts.

 

Très à l'aise, le fils du président, a défendu sa candidature pendant plus de vingt minutes. "Je ne renoncerai à rien de l'ambition que j'ai pour ce quartier d'affaires, je ne renoncerai à rien de ma candidature à ce poste d'administrateur", a notamment lancé le conseiller général UMP à l'issue d'un discours où il a appelé l'opposition "à la concertation, au partenariat pour donner à La Défense les moyens de sa politique".

"De biens belles envolées. Mais quand j'entends Jean Sarkozy dire qu'il ne renonce à rien, j'ai beaucoup d'inquiétude pour l'avenir", a ironisé son adversaire communiste. "Les beaux engagements d'aujourd'hui, j'aurais voulu que la droite les mette en œuvre dans le passé, notamment en ce qui concerne la concertation avec les élus locaux. En politique, on ne juge pas aux discours, on juge les actes", a lancé Nadine Garcia.

UN MAIRE COMMUNISTE CONTRE UN HAUT FONCTIONNAIRE POUR LA PRÉSIDENCE

Jean Sarkozy occupera le siège laissé vacant par Hervé Marseille (NC), démissionnaire, qui jusqu'alors représentait l'assemblée départementale à l'Epad. Mais il ne se portera pas candidat à la présidence de l'établissement public, le 4 décembre, en remplacement de Patrick Devedjian, atteint par la limite d'âge fixée pour les présidents d'établissement public (65 ans).

"Je serai candidat au poste d'administrateur de l'EPAD mais, si je suis élu, je ne briguerai pas la présidence", a annoncé Jean Sarkozy au JT de 20H de France 2 en expliquant qu'il ne voulait que d'une victoire qui porte le poids d'un soupçon de "favoritisme". Le premier secrétaire de la fédération PS des Hauts-de-Seine et conseiller général Pascal Buchet a plaidé en séance pour que la présidence de l'EPAD revienne aux maires des communes concernées. Il avait auparavant suggéré lors d'un point presse une présidence tournante pour ne pas privilégier une commune.

Le maire communiste de Nanterre, Patrick Jarry, a confirmé qu'il serait bien candidat à la succession de Patrick Devedjian à la présidence de l'EPAD. C'est désormais le seul candidat déclaré. Mais Jean-Marc Michel, haut fonctionnaire nommé par le ministère de l'écologie, fait figure de candidat le mieux placé, même s'il ne s'est pas officiellement déclaré.

 


Publié dans 92 - Hauts de Seine

Commenter cet article