La polémique sur Jean Sarkozy «a épargné l'Epad»

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE FIGARO 15/10/09 Sophie de Ravinel

C'est ce qu'assure son directeur général, Philippe Chaix, pour qui l'Etablissement pour l'Aménagement de la Défense n'est «pas concerné, ni de près, ni de loin» par la controverse.

Directeur général de l'Etablissement pour l'Aménagement de la Région de la Défense (Epad) depuis octobre 2008, Philippe Chaix soutient que la polémique autour de l'accession prochaine de Jean Sarkozy à la présidence du conseil d'administration a «totalement épargné» l'établissement public qui est «géré au cordeau». Il ajoute que «des félicitations» lui ont été adressées par la commission des finances du Sénat, présidée par le centriste Jean Arthuis. Celle-ci vient d'effectuer une visite à l'Epad pour étudier l'évolution de la situation de l'établissement depuis trois ans. En janvier 2007, un rapport de la Cour des comptes avait conclu à «la permanence de nombreuses et graves anomalies comptables».

Selon Philippe Chaix qui se dit «très serein», l'Epad n'est «pas concerné par cette polémique, ni de près, ni de loin». «Ce qui me surprend beaucoup dans cette affaire, a-t-il commenté, c'est que personne ne décortique vraiment quel est le rôle du président, du ‘chairman of the board'». [LIRE NOTRE FOCUS : Qui décide quoi à l'Epad]

Dans un communiqué publié jeudi, le maire de droite de Neuilly (92), Jean-Christophe Fromantin, a jugé que les réactions autour de l'élection probable du fils du Président de la République à la tête de l'Epad étaient «désastreuses pour l'image de La Défense et celle de la France dans le monde». Des propos auxquels Philippe Chaix n'a pas souhaité réagir.

Publié dans 92 - Hauts de Seine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article