La région Ile-de-France adhère à Autolib' malgré le refus des Verts

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP 09/10/09

Le conseil régional d'Ile-de-France a adhéré jeudi soir au projet Autolib' initié par la ville de Paris qui offrira la possibilité de louer une voiture électrique pour des déplacements courts et occasionnels sans réservation et sans imposer de retour au point de départ. Le conseil régional, présidé par Jean-Paul Huchon (PS), participera au syndicat mixte Autolib' dont le préfet de région a validé les statuts en juillet dernier. Une trentaine de communes limitrophes de Paris ont rejoint le projet. Les groupes UMP, Verts et Front national ont voté contre, tandis que le groupe centriste s'est abstenu. La région décidera en 2010 du montant de sa participation financière, qui pourrait s'élever à 4 millions d'euros pour l'équipement des stations. Le projet prévoit 1.257 stations, dont 700 à Paris, et la mise en service de 5.000 voitures, soit 0,1% du parc automobile francilien. Pour Paris seulement, il y aurait 22.500 véhicules particuliers par jour en moins en circulation et 18.000 places de stationnement libérées. Selon des études de la ville de Paris, 73% des parisiens et 39 % des Franciliens de la petite couronne seraient intéressés par Autolib', et 83% des usagers disposant d'une voiture se diraient prêts à moins utiliser leurs véhicules personnels. Jean-Pierre Girault (Verts) a estimé au contraire que "le public visé est essentiellement un public sans voiture" et que le système Autolib "va à l'encontre du Grenelle de l'Environnement". Evoquant le tarif envisagé, "5 euros la demi-heure, plus 15 euros par mois, soit en moyenne 7 à 8 euros par course", M. Girault a estimé qu'"il y a mieux comme service, pour le même prix en courte distance: le taxi, qui va plus vite, ne reste pas dans les embouteillages, car il prend les couloirs de bus, et fait du porte à porte". M. Huchon a réitéré le souhait que l'entreprise qui gagnera l'appel d'offres pour la construction des voitures soit installée en Ile-de-France, pour tout ou partie, afin que les retombées en termes d'emploi aient une incidence directe sur son territoire.

Publié dans Transports

Commenter cet article