Nanterre: les élus demandent à l'Elysée le retrait de décrets sur La Défense

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP PARIS, 2 nov 2009 (AFP) - 20h25

Des élus de la majorité de Nanterre et de représentants associatifs ont remis lundi à l'Elysée les 6.250 signatures d'une pétition demandant au président de la République de retirer les projets de décrets sur l'avenir de La Défense, a constaté une journaliste de l'AFP. Une délégation de cinq personnes, menée par le maire (PCF) de Nanterre, Patrick Jarry, a été reçue par Olivier Marleix, conseiller technique à l'Elysée, à qui ont été remises les signatures de cette pétition lancée par la ville de Nanterre. "Nous sommes restés dehors, devant la porte. Le conseiller qui s'occupe de La Défense n'était pas là", a expliqué Julien Sage, conseiller municipal (Verts). "C'est un peu méprisant. Nous avons proposé que, peut-être, le conseiller du président en charge du dossier pourrait nous recevoir", a souligné Patrick Jarry. Le 28 octobre, Patrick Jarry avait envoyé à Nicolas Sarkozy un courrier, précisant les motivations de la demande de retrait du décret, l'informant de la venue d'une délégation à l'Elysée, et demandant un entretien. La présidence de la République l'a invité lundi, par un fax dont l'AFP a obtenu copie, à se "rapprocher du cabinet" de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie. Les huit associations de Nanterre présentes avaient envoyé un courrier dans le même sens à Nicolas Sarkozy le 20 octobre. "Ce 2 novembre correspond à la date butoir imposée aux collectivités pour rendre un avis sur les projets de décrets. Les conseils municipaux de Courbevoie, Puteaux et Nanterre et le conseil régional d'Ile-de-France se sont prononcés contre (...). Seul, le conseil général des Hauts-de-Seine a voté favorablement", souligne la municipalité dans un communiqué. Le premier décret dont les élus demandent le retrait porte sur la fusion de l'Epad, qui couvre les 160 hectares du quartier d'affaires, avec l'Etablissement public d'aménagement Seine-Arche (Epasa), chargé d'urbaniser 320 hectares sur la zone voisine de Nanterre. Le second élargit le périmètre "d'intérêt national" administré par l'Etat à d'autres portions de Nanterre et de La Garenne-Colombes.

Publié dans 92 - Hauts de Seine

Commenter cet article