Paris Métropole sacrifié sur l'autel des élections régionales ?

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I LE MONDE 02/11/09

Auelques mois des scrutins régionaux, la droite francilienne a décidé d'occuper le terrain politique de la région. Patrick Devedjian annonçait, vendredi 30 octobre, la création de l'association Ile-de-France Métropole, une nouvelle entité chargée de répondre à "Paris Métropole dans les critiques sur le Grand Paris", explique le président du conseil général des Hauts-de-Seine.

Cette association "servira également de plate-forme de réflexion commune sur les problématiques de transports, de logement, d'équipements publics, d'emploi, de formation, qui seront notamment abordées dans les mois qui viennent à l'occasion de la campagne régionale", précise M. Devedjian. Les membres sont tous des élus biens en vue de la droite francilienne. Parmi les fondateurs figurent Valérie Pécresse, tête de liste UMP pour les élections régionales, Nathalie Kosciusko-Morizet, Roger Karoutchi et Gilles Carrez. Au sein des élus ayant adhéré, on compte Jean-François Copé, Jean-François Lamour, Rachida Dati, qui rêve de reprendre Paris, Yves Jégo et André Santini.

A gauche, "une telle initiative est incompréhensible", expliquent, dans un communiqué commun, Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, et Pierre Mansat, adjoint chargé des relations avec les collectivités territoriales. Initiateurs de Paris Métropole, les élus parisiens s'inquiètent de voir "étouffée" l'action du syndicat mixte. Issu de la conférence métropolitaine de l'agglomération parisienne en 2006, "Paris Métropole est né en juin 2009, avec l'ambition de rapprocher tous les élus de la métropole parisienne. Il réunit, de manière pluraliste, une centaine de collectivités qui partagent la volonté de construire la métropole de demain", rappelent-ils.

"PARIS MÉTROPOLE N'A PAS RESPECTÉ SES ENGAGEMENTS"

"Paris Métropole n'a pas respecté ses engagements, estime Patrick Devedjian dans un entretien au Figaro. Les bureaux devaient être constitués à parité, chacun désignant, à gauche et à droite, ses représentants. Or la centaine d'élus de gauche – et quelques-uns de droite – ont verrouillé le bureau. Cela nous a paru inacceptable", accuse-t-il.

"Faux !", s'insurge Pierre Mansat sur son blog : "P. Devedjian dit 'ils ne nous font pas de place, d'ailleurs ils ont déjà élu le bureau'. Oui, mais comme dans n'importe quelle association, organisation, ce sont les adhérents qui votent !!! La gauche aurait désigné la droite ? Non : les élus de droite adhérents de Paris Métropole se sont organisés pour choisir leur représentant. L'ensemble a été élu à l'unanimité", précise l'adjoint de Bertrand Delanoë.

"J'ai le sentiment que chaque pas en avant vers un réel projet métropolitain est anéanti par les calculs politiques d'une minorité", regrette Pierre Mansat. Un point de vue que Philippe Dallier, sénateur UMP de Seine-Saint-Denis et maire de Pavillons-sous-Bois, partage avec l'élu communiste : "Patrick Devedjian vient d'annoncer la création du syndicat Ile-de-France Métropole, concurrent de 'droite' du syndicat dit 'de gauche' Paris Métropole…  Cette fois, les masques sont tombés. Où est la vision politique dans tout cela ? Où est la grande ambition métropolitaine ? Où est le Grand Paris de l'égalité et de la fraternité dont je rêvais ?"

Eric Nunès

Publié dans Actualité Grand Paris

Commenter cet article