Pour un plan d'aménagement cohérent du Grand Paris !

Publié le par Association Grand Paris

 

AssociationGrandParis

Association pour une gouvernance métropolitaine


COMMUNIQUE DE PRESSE

L'Association Grand Paris se félicite des premiers amendements au projet de loi sur le Grand Paris mais demande davantage de cohérence pour doter la métropole des outils qui permettront d'aménager de façon plus efficace et solidaire le Grand Paris !

L'amendement demandant au futur métro d'être « interconnecté aux autres réseaux de transport urbain en Ile-de-France » va permettre d'accroître l'efficacité du futur métro du Grand Paris. Les réseaux secondaires de tramway et bus doivent aussi être réorganisés autour des futures gares pour mieux irriguer les bassins d'habitation alentours. Le Plan de Déplacement d'Ile de France (PDIF) doit en conséquence être revu. Les citoyens se félicitent du transfert de la concertation à la commission nationale du débat public afin d'avoir une vraie concertation responsable et constructive avec les habitants du Grand Paris qui sont les premiers concernés par le projet de loi.

L'Association Grand Paris demande en revanche que le projet de loi prévoit le renforcement des documents de planification opérationnelle qui demeurent largement insuffisants. L'Association préconise la création d'un « Plan d'aménagement du Grand Paris » qui réponde aux spécififités de la métropole parisienne et synthétise l'urbanisme, les transports, le développement économique et durable. Il proposera une vision de l'agglomération dense à 20 ans et sera élaboré par les élus locaux adhérents d'un EPCI métropolitain et co-validé par le Préfet de Région.

Pour Antonio Duarte , architecte-urbaniste et président de l’Association : « Ce nouveau document de synthèse deviendra la bible de l'aménagement du Grand Paris. Il permettra de sortir la métropole du chaos urbain et administratif actuel dans lequel les citoyens, les élus et l'Etat sont plongés. Il mettra fin aux incohérences actuelles entre les secteurs urbanisés, les réseaux de transport, et les pôles d'emploi qui conduit à un ralongement des durées de transport. Il permettra d'accroître l'efficacité du plan gouvernemental en responsabilisant les élus locaux à l'avenir de leur agglomération. Il ne manquera plus qu'une péréquation fiscale et une gouvernance commune pour que le Grand Paris devienne une réalité démocratique.»



Le Plan d'Aménagement du Grand Paris :

Le « plan d'aménagement du Grand Paris » est un nouvel outil de planification opérationnelle qui regrouperait et se substituerait à un ensemble de documents actuels tel que le SCOT, PLH, PDU. Ce document se substituerait, pour les Maires adhérents à l'EPCI au contrats de développement terrorial du projet de loi sur le Grand Paris, qui demeurent extrèmement flous et dont le périmètre à l'échelle municipale est trop réduit ! Ce plan donnera une vision synthétique et opérationnelle de la métropole à 20 ans. Il doit être inséré dans le projet de loi afin d'instaurer un cadre plus efficace, démocratique et solidaire.

Il sera adopté par un EPCI (Loi Chevènement) dont le périmètre correspondra à la métropole dense et qui sera confirmé par le Préfet de Région pour veiller à la cohérence du périmètre. L'EPCI pourra être une Communauté d'Agglomération (comme Toulouse aujourd'hui) ou une Communauté Urbaine (comme le Grand Lyon aujourd'hui). L'EPCI pourra, si la réforme des territoires en cours le permet, évoluer vers un statut de « Métropole ».

Il permettra également une meilleure application de la loi SRU à l'échelle de la métropole, en se substituant aux Maires récalcitrants.

Il complèterait utilement dans le coeur d'agglomération le SDRIF, dont l'échelle pourrait être élargie au Bassin parisien incluant ainsi la troisième couronne parisienne pour mettre fin à l'incohérence actuelle. Les PLU communaux devront se mettre en cohérence avec le « Plan d'aménagement du Grand Paris », qui devra pour sa part intégrer les éléments stratégiques du SDRIF dans le périmètre central de la métropole.

Il permettrait ainsi aux élus locaux de renforcer leur légitimité en matière d'aménagement tout en permettant à l'Etat de contribuer au développement de la Région capitale.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article