Le Grand Paris ne passe pas chez les maires

Publié le par Grand Paris

PRESSE
L'HUMANITE

Région. Les l3es assises de l'Association des maires d'Île-de-France ont été marquées par
l'inquiétude devant les projets de réformes de Sarkozy.

Il est urgent d'attendre ... le 29 avril!
Tel semblait être, en ce premier jour des l3es assises de l'AM IF, mardi 7
avril au parc floral de Vincennes, le message des membres du gouvernement présents à propos du
projet de Grand Paris de Nicolas Sarkozy. C'est ce jour-là que le président de la République dévoilera
son projet pour la région capitale.

Question de préséance donc. Mais ce n'était pas la seule raison, loin s'en faut, qui explique, sur cette question,
la prudence des propos, leur caractère par trop général. Alliot-Marie veut rassurer
Le fait qu'une majorité de plus de 62 % des maires franciliens exprime, dans un récent sondage, sa
désapprobation du Grand Paris y est, à n'en pas douter, pour quelque chose. Lors de l'inauguration, Claude
Pernès, maire (Nouveau Centre) de Rosny-sous-Bois, président de l'AMIF, tout en souhaitant des rapprochements entre « les projets de la région et ceux du gouvernement », a laissé transparaître sa volonté de « tordre le coup à cette idée du Grand Paris » qui entend supprimer les départements de la petite couronne (92, 93 et 94) et créer une seule collectivité avec Paris. Intervenant au nom du gouvernement, Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur et des Collectivités tenitoriales, s'est voulue prudente « Mieux travailler ensemble, c'est réinventer les modes
de coopération entre collectivités, communes, régions et départements ». « Certains évoquent une
communauté urbaine englobant Paris, d'autres une collectivité réunissant intercommunalité et département,
d'autres préfèrent des modes de coopération plus souples ... ces propositions sont ouvertes au débat. »
Les décisions ne seraient-elles pas déjà anêtées par Nicolas Sarkozy (! !). Pour Piene Mansat, adjoint au
maire (PCF) de Paris qui, aux côtés de Bertrand Delanoë maire (PS) de la capitale, fut à l'origine du syndicat Paris Métropole : « Il ne faut pas simplifier la complexité, tous les problèmes, transports, logements, développement économique ... doivent trouver leurs solutions aux échelles pertinentes, ce qui demande coopération et consensus entre les collectivités. »
Rencontre avec sarkozy le 29 avril Jean-Paul Huchon président (PS) du conseil régional a rappelé : « Il n'y a pas de solutions miracles, le seul schéma d'aménagement existant est le schéma directeur de la région Îlede- France (SDRIF) voté depuis septembre 2007 par une majorité élargie du conseil régional. » Devant le refus de l'État de l'officialiser, il annonce, sur la question des transports, la décision de la regIOn d'investir seule 18 mill iards d'euros pour répondre aux besoins des usagers. L'atelier sur le Grand Paris fit salle comble. Chacun attendait des
révélations de Christian Blanc, secrétaire d'État chargé par le président de plancher sur le sujet.
Refusant les polémiques de projets, Christian Blanc affirme vouloir « identifier et développer les potentialités de l'Île-de-France pour la maintenir au niveau des métropoles monde » et « rattraper l'immense retard en matière de transport ». Au-delà de ces grandes orientations, les élus devront attendre le 29 avril pour en savoir plus! Seule information : « Nicolas Sarkozy recevra les grands élus franciliens avant sa déclaration aux Français. »
Pour Mireille Feni, vice-présidente (Verts) de la région, « ces élaborations en chambre, cela ne se fait plus, nous avons changé d'époque » et de rappeler que le SDRlF, construit pendant quatre ans dans un large débat « avec tous les élus d'Îlede- France et avec l'État, jusqu'à l'anivée de Christian Blanc en avril
2008 », répond à un triple défit « développement économique, lutte contre les inégalités sociales et tenitoriales, enjeux environnementaux ». Le débat n'est pas clos d'ici... le 29 avril et après.

Max Staat

Publié dans Actualité Grand Paris

Commenter cet article