Transports du Grand Paris: comment trouver 35 milliards?

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE
> AFP

PARIS (AFP) — Deux mois après le discours de Nicolas Sarkozy annonçant 35 milliards d'euros d'investissements pour "réinventer" le système de transport en Ile-de-France dans le cadre du Grand Paris, de nombreuses questions se posent toujours sur le financement et le calendrier.

"Je souhaite que les travaux démarrent avant 2012, il faut 10 ans en allant vite pour construire les infrastructures", avait déclaré le chef de l'Etat le 29 avril.

Chargé d'étudier les pistes de financement, le député UMP Gilles Carrez doit remettre un premier rapport d'étape d'ici fin juillet et un rapport final début septembre, afin d'intégrer les premières mesures dans le budget 2010 et élaborer un projet de loi spécifique.

M. Carrez, qui a réuni une première fois un groupe technique avec les services des ministères et de la région, doit réunir d'ici à la fin du mois un groupe de 14 parlementaires de droite et de gauche, dont deux élus de province spécialistes des transports.

Le 29 avril, Nicolas Sarkozy avait expliqué que son objectif était de "créer à l'échelle de la métropole un système de transport aussi performant et commode que celui de Paris intra-muros", pour en finir avec "le véritable enfer" vécu par "des millions de Franciliens".

Il avait alors validé à la fois le plan de mobilisation des transports du président PS du conseil régional, Jean-Paul Huchon (PS), de plus de 18 milliards d'euros et du secrétaire d'Etat Christian Blanc, d'un côut, selon l'Elysée, de 21 milliards d'euros.

Ce "grand huit" ou "double boucle" doit relier une dizaine de pôles économiques censés contribuer à la création d'"un million d'emplois en 20 ans".

Après trois réunions du comité de pilotage Blanc-Huchon, qui doit aboutir à un texte de compromis sur le schéma directeur régional, M. Huchon dit avoir "enfin compris d'où venait le chiffre de 35 milliards d'euros" annoncé par le chef de l'Etat.

"Mais, ajoute-t-il, je ne vois toujours pas, et Gilles Carrez non plus, où trouver cet argent". Vendredi, le conseil régional a adopté, l'UMP s'abstenant, un protocole de financement sur son plan de mobilisation, qui atteint presque aujourd'hui 19 milliards.

La région, les huit départements franciliens et le syndicat des transports d'Ile-de-France doivent apporter 12,4 milliards d'euros.

L'Etat est sollicité à hauteur de 3,15 milliards d'euros et la région table sur 3,4 milliards de ressources nouvelles (fonds d'aménagement de la région Ile-de-France, "versement transport" des entreprises).

Comment faire? Roger Karoutchi (UMP) estime que la valorisation du foncier (aménagement des zones desservies, valorisation commerciale des gares...) peut permettre d'obtenir "beaucoup, beaucoup d'argent".

Parmi les autres pistes figurent les "partenariats public-privé", le "versement transport", les tarifs, le zonage de tarification, les subventions publiques.

En outre conformément au souhait du Premier ministre François Fillon, l'effort de financement doit être "partagé de manière équitable".

Autre difficulté: par où commencer, notamment pour Arc Express? L'Elysée avait parlé de deux phases, la partie la plus proche de Paris devant être faite en premier.

Et dans quel sens? La région entend prolonger Eole (RER E) à l'ouest (Saint-Lazare vers La Défense) tandis que M. Blanc parle "dans un premier temps" de brancher la ligne ferroviaire de Mantes sur le secteur de Nanterre. 

Publié dans Transports

Commenter cet article