Grand Paris: la SNCF souhaite "ouvrir le champ des possibles"

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP I 01/08/09 I 13h16

La SNCF entend "ouvrir le champ des possibles" en proposant "une variante ferroviaire" sur le tronçon nord-ouest du futur réseau de transports du Grand Paris avec la circulation de TGV et de navettes automatiques rapides, a expliqué samedi à l'AFP un proche du PDG. Joint auparavant par l'AFP, le PDG de la SNCF Guillaume Pépy n'avait pas souhaité s'exprimer. Des déclarations du directeur général délégué de SNCF Proximités, Jean-Pierre Farandou avaient provoqué en début de semaine l'ire du secrétaire d'Etat au développement de la région-capitale Christian Blanc. M. Farandou avait affirmé mercredi à l'AFP que la SNCF entendait apporter sa pierre au débat public sur le futur réseau de transports du grand Paris en proposant "une variante ferroviaire" entre Versailles et le Bourget. Ainsi il serait possible de relier par TGV le quartier de la Défense à Londres en deux heures. Jeudi, M. Blanc avait sommé M. Pépy de "venir lui expliquer ses idées dans les meilleurs délais". Le secrétaire d'Etat s'était dit "étonné" de découvrir "plus de trois mois" après les annonces du président Nicolas Sarkozy sur le sujet et un accord avec la Région sur le schéma de transport" l'"existence de réflexions de la SNCF" sur notamment "des modifications d'exploitation alternatives au réseau de métro du Grand Paris" dont il est l'inspirateur. "Il s'agit d'une ouverture ou d'une variante et pas d'une alternative", a tenu à préciser l'entourage de M. Pépy. "Il y aura évidemment une réunion" entre M. Blanc et M. Pépy, a ajouté cette même source sans donner de date. Ce collaborateur du PDG a affirmé que les déclarations de M. Farandou ne constituent pas un "positionnement" concurrentiel par rapport à la RATP. La régie parisienne pourrait être "gestionnaire technique" des lignes et réseaux ferroviaires en Ile-de-France, selon l'avant-projet de loi sur le Grand Paris. Administrateur de la RATP, le rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale Gilles Carrez, qui planche sur le financement des 35 milliards d'investissements promis pour les transports franciliens, a apporté son soutien au projet de la SNCF, parlant d'une idée "extrêmement forte, extrêment séduisante", qui "mérite d'être étudiée".

Publié dans Transports

Commenter cet article