La colocation, un phénomène de plus en plus répandu à Paris (Adil 75)

Publié le par Association Grand Paris

PRESSE I AFP 09/10/09

La difficulté de se loger à Paris, pas seulement pour les étudiants, explique le succès grandissant de la colocation, selon une étude d'Adil 75 (agence départementale d'information sur le logement) publiée vendredi. La part des allocataires bénéficiant d'une aide au logement et cohabitant est de 7,2% dans la capitale, soit deux fois plus que la moyenne observée dans l'Hexagone (3,4%), indique cette étude. Timidement apparue au début de la décennie, alors qu'elle est pratiquée depuis longtemps dans de nombreuses autres capitales, la colocation fait l'objet aujourd'hui de plusieurs sites internet, d'une rubrique sur PAP (Particulier à Particulier), de rencontres organisées où se croisent néophytes et vieux routards, soulignent les auteurs de l'étude. Pour l'Adil 75 "les tensions observées sur le marché immobilier parisien (faible offre locative, loyers très élevés avec un prix dépassant souvent les 24 euros/m2 pour les studios), mais aussi des effets de mode, expliquent ce succès grandissant et plus fréquent à Paris". C'est au sein de la population étudiante que le partage d'appartement est le plus fréquent (16%). Mais désormais les allocataires non étudiants recourent également de plus en plus souvent à ce type d'habitat, dans une proportion beaucoup plus faible (4%) mais qui est deux fois supérieure à la moyenne nationale (2%). Les jeunes actifs, les femmes divorcées, les personnes âgées, pour des raisons différents, sont de plus en plus concernées par ce phénomène. La colocation permet en effet, avec un budget plus faible pour chacun des colocataires, de louer un grand appartement ou une grande maison en bénéficiant d'avantages économiques (eau, électricité, mobilier) et de jouir souvent d'un cadre de vie plus agréable. Mais la promiscuité (partage de réfrigérateur, visite d'amis, etc...) est souvent le facteur déclenchant des conflits qui peuvent ouvrir la porte à de nombreux litiges, surtout que la réglementation est pratiquement inexistante pour ce type particulier de location.

Publié dans Logement - Immobilier

Commenter cet article